Paris Match Belgique

Une mannequin russe de 14 ans meurt d’épuisement en Chine

Vlada avait signé un contrat de trois mois pour travailler à Shangaï, en Chine.

Société

Après 13 heures à travailler non-stop en marge d’un défilé en Chine, la jeune mannequin russe Vlada Dzyuba s’est effondrée. 

Elle avait tout pour elle, mais le monde parfois impitoyable du mannequinat l’a broyée. Vlada Dzyuba, mannequin russe de 14 ans, est morte en Chine juste avant de fouler les podiums. Elle était épuisée et malade après des heures de travail sans pause.

« Maman, je suis fatiguée, je veux juste dormir »

« Maman, je suis fatiguée, je veux juste dormir », avait-elle confié au téléphone à sa famille, selon The Siberian Times. Peu de temps après, Vlada cédait physiquement après 13 heures de travail en marge d’un défilé à Shanghaï pour le compte d’un créateur asiatiaque. La jeune fille a perdu connaissance avant d’être plongée dans un profond coma. Sans issue. Elle est morte à l’hôpital deux jours après. Son décès a été annoncé sur son compte Instagram.

RIP

A post shared by 🕷Dzyuba Vlada🕷 (@_dzyuba) on

À la merci de son agence de mannequins

En Chine, de plus en plus de mannequins se font recruter à un très jeune âge. Elles viennent notamment de Sibérie. Vlada Dzyuba était l’une de ces filles que l’on pense être une heureuse élue. Mais sur place, son agence chinoise lui imposait des horaires impossibles à encaisser. Selon le Daily Mail, Vlada n’était pas protégée : pas d’assurance maladie pour ce jeune pion de l’industrie du mannequinat.

Lire aussi > LVMH et Kering s’engagent à ne plus présenter des mannequins trop maigres ni trop jeunes

Moscou veut tirer les choses au clair

L’autopsie a révélé que la mannequin a succombé suite à une méningite aggravée par son épuisement. Pourtant, son contrat de trois mois devait limiter son travail en Chine à trois heures par semaine. Et elle aurait dû bénéficier d’une couverture de santé. À la demande de la famille de Vlada, la Russie demande désormais des comptes. Moscou suspecte un cas de « travail forcé ».

CIM Internet