Paris Match Belgique

« Soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée » : l’une des accusatrices de Tariq Ramadan se confie

Tariq Ramadan, le 26 mars 2016, à Bordeaux. | © AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

Société

Henda Ayari, l’une des victimes présumées de Tariq Ramadan s’est confié dans les colonnes du Parisien ce lundi.

Voici maintenant une semaine que le théologien suisse Tariq Ramadan est visé par une enquête pour « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort ».

Après la première plainte, déposée lundi 23 octobre, une deuxième qui – certificats médicaux à l’appui – fait état de « scènes de violence sexuelle d’une grande brutalité », selon les quotidiens Le Monde et Le Parisien. Des agressions qui auraient eu lieu dans un grand hôtel à Lyon en octobre 2009.

« C’est la campagne #balancetonporc qui m’a poussée à dévoiler son nom »

Mais au départ, c’est le témoignage d’Henda Ayari qui a été entendu. Cette ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque avait publié ses accusations sur sa page Facebook le 20 octobre et a été entendue par les enquêteurs sur des faits qui remonteraient à 2012, dans la capitale française.

Lire aussi > L’islamologue Tariq Ramadan accusé de viol et agressions sexuelles

Ce lundi 30 octobre, la quarantenaire prend la parole explique au Parisien les raisons qui l’ont poussée à porter plainte contre l’islamologue. Dans un livre, elle racontait déjà à l’époque sa rencontre avec son présumé agresseur sans l’avoir nommé. « C’est la campagne #balancetonporc qui m’a poussée à dévoiler son nom », explique Henda Ayari au Parisien. Elle raconte aussi qu’elle était « sous l’emprise mentale » de Tariq Ramadan et que celui-ci l’avait « menacée de représailles » ou de « s’en prendre à ses enfants ». Pour Tariq Ramadan, « soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée », assure-t-elle.

Dénonciation calomnieuse

Le théologien suisse a quant à lui réagi pour la première fois ce samedi 28 octobre en publiant sur sa page Facebook un message dénonçant une « campagne de calomnie » de la part de ses « ennemies de toujours ». « Je suis depuis plusieurs jours la cible d’une campagne de calomnie qui fédère assez limpidement mes ennemis de toujours », écrit ce professeur d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford.

Lire aussi > Tariq Ramadan réfute les accusations de viol et d’agressions sexuelles et va porter plainte

Alors que son avocat a annoncé avoir porté plainte lundi 23 octobre pour « dénonciation calomnieuse », M. Ramadan affirme qu’une « nouvelle plainte sera déposée dans les prochains jours puisque mes adversaires ont enclenché la machine à mensonges ». « Il est triste de voir nos adversaires réduits à soutenir l’imposture et la tromperie érigées en vertu », poursuit-il avant de conclure : « le droit doit maintenant parler, mon avocat est en charge de ce dossier, nous nous attendons à un long et âpre combat. Je suis serein et déterminé ».

CIM Internet