Paris Match Belgique

Affaire du Nautilus : Peter Madsen reconnaît avoir découpé le corps de Kim Wall

(montage photo) | © BELGA/AFP

Société

Il est finalement passé aux aveux. Selon la police danoise citée par l’AFP, l’inventeur Peter Madsen a reconnu avoir découpé le corps de la journaliste Kim Wall.

 

Le mystère du Nautilus est désormais résolu. Inculpé de meurtre et atteinte à l’intégrité d’un cadavre et détenu depuis le 11 août dernier, l’inventeur danois Peter Madsen a reconnu avoir découpé le corps de la journaliste Kim Wall qui était venu l’interviewer à bord de son sous-marin artisanal. Jusqu’alors il avait expliqué aux enquêteurs que la jeune femme avait succombé à un accident et que, pris de panique, il avait jeté son corps à la mer.

Lire aussi > Affaire du Nautilus : l’arme du crime pourrait avoir été repêchée

Selon cette version, il était monté sur le pont, retenant la porte de l’écoutille d’accès à la tourelle dans laquelle se trouvait Kim Wall. Glissant brutalement, il avait lâché prise et le panneau de 70 kilos était retombé sur la tête de la jeune femme qui avait lourdement chuté. L’accusation soutenait elle que Peter Madsen a tué Kim Wall afin de satisfaire un fantasme sexuel, puis démembré et mutilé son corps. L’autopsie n’avait pas permis d’établir les causes de la mort. Elle avait en revanche mis en évidence de multiples mutilations infligées aux parties génitales de la victime.

Des morceaux du corps avaient été retrouvés

Le 7 octobre dernier, la tête et les jambes de la jeune femme avaient été retrouvées par des plongeurs dans la baie de Køge, non loin de Copenhague, a annoncé samedi la police danoise. Elles ont été découvertes dans un sac, alors que ses vêtements étaient rassemblés dans un second sac, avait précisé l’inspecteur de la police de Copenhague, Jens Moller Jensen.

Lire aussi > Qu’est-il arrivé à Kim Wall à bord du « Nautilus » ?

Début octobre, le parquet danois avait annoncé que des films « fétichistes » dans lesquels des femmes « réelles » étaient torturées, décapitées et brûlées avaient été retrouvés sur un disque dur dans son atelier.

CIM Internet