Paris Match Belgique

La Belgique et Halloween, une affaire de betteraves

Mieux que des citrouilles, des betteraves d'Halloween. | © Flickr @Niklas Morberg

Société

Bien que la fête d’Halloween serait originaire des îles Anglos-Celtes, elle est célébrée dans le monde entier le 31 octobre. Et en Belgique, on préfère d’ailleurs sculpter les betteraves aux citrouilles.

 

Si son nom est d’origine chrétienne et anglaise, à l’origine, Halloween est une fête celte de Samain. Une fête folklorique et païenne traditionnelle originaire des îles Anglos-Celtes célébrée à l’automne et fêtant l’arrivée de l’hiver. Elle constituait en quelque sort leur Nouvel An à eux. Halloween est célébrée le 31 octobre, la veille de la Toussaint alias le jour des morts. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle se nomme Halloween, contraction de l’anglais « All Hallows Even » pour « The Eve of All Saint’s Days » (« la veille de tous les Saints). Aujourd’hui, Halloween est devenue une fête des plus populaires, et chaque pays la célèbre à sa façon : que ce soit en Irlande, en Écosse, au Pays de Galles, au Canada, en Nouvelle-Zélande ou aux USA, chacun y va de sa petite tradition. Par exemple, en Allemagne et en Autriche on parle de Rübengeistern plutôt que d’Halloween.

Lire aussi > Amal Clooney, Kim Kardashian… Les meilleurs déguisements des stars pour Halloween

La tradition moderne veut que les enfants (mais les adultes aussi, car après tout, pourquoi pas) se déguisent dans des costumes effrayants et frappent aux portes en demandant : « des bonbons ou un sort ! ». Certaines préfèrent regarder des films d’horreur chez soit ou sculpter des Jack-o’-lanterns, ces citrouilles sculptées de manière flippante avec des lanternes à l’intérieur. En Europe on serait plutôt navets d’ailleurs. Mais en Belgique où on fêterait surtout Halloween depuis les années 90, et on serait plus… betteraves fourragères que citrouilles pour effrayer les passants. Comme le rapporte Wikipédia, « En Flandres, à l’occasion de la Saint-Martin, les enfants creusent en effet des betteraves et y percent des trous pour figurer un visage grimaçant éclairé par une bougie placée à l’intérieur de la betterave ».

Lire aussi > Donald Trump tacle les parents journalistes d’enfants venus visiter la Maison blanche pour Halloween

Et en Wallonie, jusque dans les années 80, « ces lanternes étaient appelées Grign’ Dints. Ces lanternes étaient réalisées au moment de la récolte qui coïncide avec le début de l’automne et avec les fêtes de la Toussaint ». À la veille de Toussaint, les enfants en profitaient alors pour piquer quelques betteraves et y mettre des horribles lampions à l’intérieur pour faire peur aux passants. C’est aussi à cette période « que l’on se réunit autour du feu pour écouter un conteur narrer légendes et autres faits divers macabres » rappelle La Libre.

 

CIM Internet