Paris Match Belgique

Dans le Nord de la France, un imam fait polémique en prêchant l’innocence de Tariq Ramadan

Capture d'écran | © Youtube

Société

Postée sur YouTube, la vidéo de son prêche postée le vendredi 27 octobre compte déjà plus de 30 000 vues.

« Il y a quelques jours, le professeur Tariq Ramadan a été l’objet de graves accusations. » Devant les fidèles de la mosquée Arrahma à Roubaix, dans les Hauts-de-France, l’imam Abdelmonaim Boussenna fait le choix de traiter un sujet bien particulier.

Présomption d’innocence

Sans détour, le jeune homme de 27 ans prend la défense de l’islamologue et théologien suisse accusé de viols. Depuis ce lundi 23 octobre, Tariq Ramadan est en effet visé par une enquête pour « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort » suite à deux plaintes qui ont été déposées. Mais pour l’imam du quartier roubaisien de Trois-Ponts, « les réactions ont été parfois décevantes ».

Lire aussi > Tariq Ramadan réfute les accusations de viol et d’agressions sexuelles et va porter plainte

Dans son prêche, il compare ainsi la « calomnie » qui vise l’intellectuel musulman aux accusations subies en son temps par Aïcha, l’une des épouses du prophète Mahomet. « Certains se sont déjà érigés en juge et l’ont déjà condamné, mais n’existe-t-il pas un principe qui s’appelle la présomption d’innocence ? », questionne-t-il à l’assemblée. « N’importe qui peut dire n’importe quoi, on prend cela pour argent comptant ? »

Lire aussi > « Soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée » : l’une des accusatrices de Tariq Ramadan se confie

Car en l’innocence de Tariq Ramadan, l’imam y croit pertinemment. « Personnellement, je crois en son innocence. Tu peux croire l’inverse, tu es libre de croire ce que tu veux, mais ne le condamne pas », suggérant de laisser la justice « faire son travail ». « C’est la justice qui tranchera et nous accepterons évidemment ses conclusions, quel que soit le scénario », ajoute-t-il. S’il juge « inacceptables » les insultes faites aux deux victimes présumées qui ont porté plainte, il critique néanmoins ceux qui profiteraient de l’affaire pour « régler leurs comptes » avec l’islamologue suisse.

Rare défenseur

Très influent sur le web, Abdelmonaim Boussenna a diffusé la vidéo de son prêche sur les réseaux une vidéo. En soutenant Tariq Ramadan (et parce qu’il est l’un des rares à le faire depuis l’éclatement du scandale), l’imam a su faire parler de lui. Visionné 190 000 fois sur Facebook, plus de 30 000 fois sur YouTube, le prêche de l’imam booste une popularité déjà grandissante. Sa page Facebook qui comptait 60 000 followers en février dernier en compte aujourd’hui déjà près de 190 000.

CIM Internet