Paris Match Belgique

Dans le nord de la France, un projet d’éoliennes sur un site de 1914-1918 inquiète les descendants des victimes

En 1917, des milliers de soldats australiens sont morts sur le champ de bataille où doivent être construites des éoliennes. | © Flickr : David Clarke

Société

La société Engie Green prévoit d’ériger plusieurs éoliennes sur un champ de bataille de la Première guerre mondiale.

C’est un projet écologique qui risque de rencontrer plus d’un obstacle.

Un reportage diffusé ce mardi 7 novembre sur la chaîne américaine Sky news révèle que le groupe Engie Green a pour projet d’ériger plusieurs éoliennes dans des villages du nord de la France. Un projet ambitieux alors que ces terres du Pas-de-Calais sont un ancien champ de bataille où des milliers de combattants Australiens ont péri en 1917. La nouvelle a rapidement suscité l’inquiétude de certains descendants des soldats australiens, toutes les dépouilles n’ayant pas été retirées du champ de bataille.

Lire aussi > L’énorme mensonge du vétéran américain qui n’a jamais débarqué en Normandie

Au lendemain de la diffusion du reportage, le ministre australien des Anciens combattants Dan Tehan a annoncé qu’il contacterait Paris afin d’obtenir des « clarifications » au sujet de ce projet écologique. Le Premier ministre lui-même a été invité à « intervenir de toute urgence pour mettre fin à la profanation des sépultures de soldats australiens », rapporte Sky News.

Site historique

Bullecourt et Riencourt. Si ces noms de villages ch’tis ne vous disent peut-être rien, ils sont pourtant des symboles de la guerre 14-18. C’est dans ce secteur, où plusieurs divisions britanniques et australiennes ont tenté en 1917 de briser la ligne allemande de Hindenburg (entre Arras et Soissons), que le groupe Engie Green entend installer une ferme éolienne. Or, environ 10 000 soldats volontaires côté australien sont morts ou ont été blessés en ces lieux, tout comme 7 000 Britanniques et 10 000 Allemands, rapporte l’AFP. Encore aujourd’hui, Bullecourt reçoit la visite d’Australiens qui viennent rendre hommage à leurs défunts.

Lire aussi > Un sous-marin de la 1e Guerre Mondiale trouvé en mer du Nord avec l’équipage à bord

« Les Français, comme les Australiens, comprennent l’importance de cette terre et ont le plus grand respect pour le sacrifice fait par les Australiens sur leur sol », a déclaré le ministre australien des Anciens combattants. « L’Australie a une relation de travail étroite avec le gouvernement français au sujet de la récupération des dépouilles des Australiens sur les champs de bataille français », a-t-il ajouté.

Dépouilles protégées

Si jusqu’à présent, les activités agricoles – à condition d’être superficielles – étaient autorisées sur ce site de la Première guerre mondiale, les associations de descendants de victimes mettent le holà face au projet d’Engie Green. En effet, l’érection de plusieurs éoliennes impliqueraient de creuser d’énormes trous dans une terre qui recouvre encore plusieurs dépouilles…

CIM Internet