Paris Match Belgique

Pourquoi les médicaments « anti-rhume » inquiètent les professionnels de la santé

Ce n'est pas parce qu'ils ne nécessitent pas de prescription qu'ils ne sont pas dangereux

Société

C’est l’enquête qui fait l’actualité ce mardi. 60 millions de consommateurs a en effet dévoilé une «liste noire» des médicaments disponibles sans ordonnance qui sont à proscrire, selon professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien reconnu, membre de l’Académie de médecine, et Hélène Berthelot, pharmacienne.

Sur les 62 médicaments testés, 28 sont donc mis à l’index, dont des stars du marché de la médication anti-rhume comme Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume. Cocktails de deux à trois composés actifs – un vasoconstricteur (nez bouché), un antihistaminique (nez qui coule) et du paracétamol ou de l’ibuprofène (mal de tête)-, ces tout-en-un cumulent des risques de surdosage et d’effets indésirables gravissimes (accidents cardiovasculaires, neurologiques, vertiges…), selon l’enquête. Le hors-série de 60 millions de consommateurs prend l’image d’un «bazooka à la disposition des malades».

Le sujet abordé par la commission nationale de pharmacovigilance en 2008

Parmi les substances qui inquiètent le Pr Giroud, on retrouve notamment la pseudoéphédrine, décongestionnant nasal par voie systémique, qui expose les malades à des «risques d’accidents cardio-vasculaires et d’AVC». Ce n’est pas la première fois que la pseudoéphédrine inquiète le corps médical. En 2008, la commission nationale de pharmacovigilance s’inquiétait des effets indésirables en cas de surdosage ou de médosage des médicaments comprenant la substance en question. Comme le rappelait la revue Prescrire en 2009, «la conclusion du rapporteur de l’enquête devant la commission nationale du 25 mars 2008 a été que « ces effets graves sont peu acceptables et à mettre en balance avec l’aspect bénin de la pathologie traitée »».

Lire aussi > En 2050, la résistance aux antibiotiques causera 10 millions de morts par an

A douze voix contre, deux voix pour et douze abstentions, la commission s’est prononcé contre l’opportunité de rendre les décongestionnants accessibles uniquement sur prescription, laissant donc aux malades le choix ou non d’employer un «bazooka» pour soigner les rhumes. Selon le site spécialisé Doctissimo, on retrouve de la pseudoéphédrine dans Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume, trois médicaments épinglés par l’enquête.

CIM Internet