Paris Match Belgique

Les feux d’artifices silencieux à la rescousse des animaux peureux

Avec leur ouïe développée, les chiens détestent particulièrement les feux d'artifices. | © Flickr : PINKÉ

Société

Dénué de bruit d’explosion une fois dans les airs, le feu d’artifice silencieux pourrait être une alternative idéale en faveur du bien-être animal.

Alors que le feu d’artifice marquant les douze coups de 2018 approche à grands pas, nos amis les bêtes sont bien loin de se réjouir. Chaque année, le pétards festifs et colorés sont synonyme de calvaire pour les animaux. Chiens, chats, chevaux, oiseaux… Ils sont des milliers à trembler en silence dans le brouhaha de la fête.

Depuis des années, les défenseurs des animaux réclament l’interdiction pure et simple du feu d’artifice, notamment chez les particuliers. Cette année, l’association GAIA tente une nouvelle fois de sensibiliser les autorités locales mais cette fois-ci, avec une alternative à l’interdiction généralisée : le feu d’artifice silencieux.

Panique mortelle

Planqués sous la table, la queue entre les pattes et le poil tremblant, nos animaux de compagnie font peine à voir devant un feu d’artifice ou tout ce qui ressemble de près ou de loin à une explosion. À la maison comme dans la nature, les animaux sont pris de panique face aux détonations qui représentent pour eux une véritable source de stress. Bêtes domestiques ou d’élevage, quasiment tous développent de véritables phobies face à ces stimulations inconnues. Un effet de panique qui peut vite devenir mortel. En effet, beaucoup d’animaux ont été portés disparus suite à des soirées animées par les explosifs, le plus souvent après une fugue ou une crise cardiaque.

On sait aujourd’hui avec certitude que les feux d’artifices nuisent au bien-être animal.

Laisser s’organiser des feux d’artifices sauvages sans qu’ils ne soient annoncés peut ainsi mettre en péril la vie de nos animaux. Chaque année, les associations de défense animale préconisent donc – lorsqu’ils sont prévus dans un cadre officiel – de protéger ses animaux de compagnie et de rentrer son bétail avant que « ça pète ». Malheureusement, précisent certains, rien n’est fait pour les bêtes sauvages comme les oiseaux, les hérissons ou les lapins. « Les détonations vives créées par les feux d’artifices provoquent des réactions de stress et de panique chez de nombreux animaux – de compagnie mais aussi de ferme et sauvages », écrit l’association GAIA dans un communiqué. « Nous recevons immanquablement de nombreux témoignages de personnes ayant perdu leur animal, qui a pris la fuite en raison du bruit soudain et violent. »

Un feu d’artifice sans pétarades

L’idée titille les esprits depuis quelques temps, celle du feu d’artifice silencieux. Une alternative pouvant servir de compromis efficace, estime GAIA qui s’apprête à organiser la première démonstration officielle de feu d’artifice dit « à bruit contenu » en Belgique. « C’est comme un feu d’artifice traditionnel, mais sans l’explosion finale », explique Anne de Greef de l’association. Si ce feu d’artifice respectueux des animaux n’est pas 100% silencieux – le bruit de lancement ne pouvant être empêché – le bruit de l’explosion lui, disparaît. « Visuellement, c’est exactement la même chose, tout aussi spectaculaire et le prix est à peu près le même que pour un feu d’artifice traditionnel », souligne Mme de Greef. « Je ne vois donc pas pourquoi on ne l’utiliserait pas. »

Lire aussi > La campagne de GAIA contre l’abattage sans étourdissement agace des élus PS

Prévue ce jeudi 16 novembre au parc du Cinquantenaire à Bruxelles, la démonstration vise à « convaincre les acteurs communaux et régionaux » à choisir cette alternative pour les célébrations. « La promotion et l’utilisation de ces feux d’artifice constitueraient une avancée notable et indéniable pour le respect envers les animaux », ajoute GAIA dans son communiqué. En 2016, la secrétaire d’État en charge du Bien-être animal Bianca Debaets se disait déjà favorable, prônant « l’utilisation de feux d’artifices silencieux pour tout le monde, tant pour les autorités locales que les particuliers ». Mais il reste encore à convaincre les communes, seules compétentes dans la modification de leur règlement, ainsi que les citoyens dont certains demeurent sceptiques face à l’idée d’un feu d’artifice sans pétarades…

CIM Internet