Paris Match Belgique

Ratko Mladic, alias « le boucher des Balkans », condamné à perpétuité

Photos d'archive, de Ratko Mladic, prise a Banja Luka, en 1995. | © Tomislav Peternek/WOSTOK PRESS

Société

Ratko Mladic a été évacué de la salle d’audience du tribunal pénal international de La Haye, après s’être levé et avoir crié aux juges qu’ils mentaient.

« Mladic est la quintessence du mal. Mladic a présidé à certains des crimes les plus sombres survenus en Europe depuis la Deuxième Guerre Mondiale. » Ce sont les mots prononcés par Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire aux droits de l’homme, ce mercredi 22 novembre, lors du procès de Ratko Mladic.

Prison à vie

Ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, bras armé du massacre de Srebrenica, celui qui se fait surnommer le « boucher des Balkans » vient d’être reconnu coupable de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il était le dernier accusé en première instance du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. « Pour avoir commis ces crimes, la chambre condamne M. Ratko Mladic à la prison à vie », a déclaré le juge Alphons Orie. Une condamnation à perpétuité devant laquelle Ratko Mladic prévoit de faire appel. « Cette peine est injuste et contraire aux faits, et nous la combattrons en appel pour prouver que ce jugement est faux », s’est indigné son fils, Darko.

Lire aussi > Holocauste : des archives inédites révèlent que les grandes puissances étaient au courant de l’ampleur que prendrait le génocide

Longuement attendu, ce jugement a été qualifié « d’étape importante dans l’histoire du tribunal et pour la justice internationale » ainsi que de « victoire capitale pour la justice », a félicité l’ONU.

Provocateur et incontrôlable

Plus de vingt ans après la guerre (1992-1995) qui a fait plus de 100 000 morts et 2,2 millions de déplacés, l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, 74 ans, était présent ce mercredi à l’audience pour entendre son jugement pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. Le verdit a toutefois été rendu en son absence, l’accusé ayant été évacué de la salle d’audience à cause d’un comportement particulièrement provocateur. Mladic a d’abord levé un pouce et souri aux objectifs des photographes en pénétrant dans la salle d’audience pour ensuite refuser de se lever lorsque les juges sont entrés. Rapidement devenu incontrôlable, le condamné a fini par se lever en criant que les juges mentaient.

Dernier à être jugé en première instance, le général Mladic était accusé d’avoir procédé au « nettoyage ethnique » d’une partie de la Bosnie en vue de créer un État serbe ethniquement pur.

– Avec Belga et AFP

CIM Internet