Paris Match Belgique

Contre la déprime hivernale, on a testé la luminothérapie

De plus en plus prisée et recommandée, la luminothérapie est réputée comme étant le remède miracle contre la dépression saisonnière. | © Instagram : aurore.mercui

Société

Chaque année c’est la même chose. L’hiver nous mine et nous déprime. En ce mois de décembre le plus sombre jamais connu en Belgique depuis 1934, on a voulu tester le remède dit miracle contre le blues hivernal : la luminothérapie. Résultats positifs garantis.

 

Le 26 novembre dernier, il est 7 heures du matin. Fini les chants d’oiseaux. Adieu le soleil qui rayonnait à travers les tentures de la chambre. À cinq heures du soir, voilà qu’il s’en va déjà pour laisser derrière lui des corps ramollis et des âmes mélancoliques.

L’hiver est bel et bien arrivé. Bienheureux soient les amoureux du froid et des journées qui raccourcissent, la plupart des autres sont loin de s’en réjouir. Vent du nord, brume matinale, vent glacial… En plus d’être frigorifiés, les visages autant que les esprits entrent progressivement en carence de luminosité. Comme un manque de fer ou de protéines, sauf qu’ici il s’agit de vitamines.

Décembre sous les ténèbres

Depuis deux semaines en Belgique, le soleil n’est apparu en moyenne que neuf petites minutes par jour. Soit 540 secondes… Difficile de se souvenir de la dernière fois que l’on a vu l’astre suprême tant le mois de décembre 2017 est obscur. Avec un total de zéro heures d’ensoleillement pendant les sept premiers jours de ce mois de décembre, « c’est la période la plus sombre que nous avons connu depuis 1956 », apprenait-on avec effroi le 14 décembre dernier. Alors que s’achève 2017, l’IRM révèle son dernier bilan météorologique et c’est désormais officiel : le mois de décembre fut le plus sombre depuis 1934.

Lire aussi > 5 destinations idéales pour passer Noël sur la plage

C’est bien connu, tout un chacun a besoin du soleil et de sa vitamine D pour se sentir (vraiment) bien. Chez certains plus ou moins sensibles, le manque de lumière génère une sensation de fatigue, de lassitude, d’irritabilité, ponctuée d’un sentiment de démotivation, voire de tristesse. Autant de symptômes qui à terme, peuvent mener à la redoutable et redoutée déprime hivernale. Comme le rapporte Le Soir, un quart des Belges sont touchés par le blues hivernal alors que la dépression saisonnière touche environ 2% des gens.

Si contre la baisse de régime, les guirlandes lumineuses et autre décorations scintillantes de Noël n’y feront rien, une technique similaire pourrait bien faire des merveilles. De plus en plus prisée et recommandée, la luminothérapie est réputée comme étant le remède miracle contre la dépression saisonnière. Chez Paris Match Belgique, on a voulu tenter l’expérience.

 

Cure de lumière

Le rendez-vous est fixé peu après le coucher du soleil. Après une longue journée de travail, c’est les cernes apparentes et les pieds las que l’on foule pour la première fois le sol d’un institut de beauté bruxellois. Alors que l’on s’attendait, à l’instar d’un solarium, à pénétrer en maillot de bain dans une cabine de néons lumineux, c’est une simple paire de lunettes futuristes qui nous attend sur la table de massage. Une fois les chaussures ôtées, le corps allongé et l’appareil sur le nez, on vous invite à vous détendre et à « faire le vide », le tout sur une musique relaxante et deux lampes projetées sur les paupières. L’espace de quelques instants et avec un peu de volonté, on se croirait presque sur un transatlantique à faire bronzette sous les tropiques.

Lire aussi > Se rendre régulièrement à des concerts rendrait plus heureux

L’équation est simple. Qui dit manque de lumière dit plus de mélatonine – l’hormone du sommeil – dans l’organisme. Résultat, l’envie de dormir est bien plus forte en hiver. Hiberner s’apparente alors comme un fantasme ultime pour échapper à la lutte hivernale. En bloquant la production de mélatonine, la luminothérapie diminue l’effet « coup de barre », redonne de l’énergie et stimule la bonne humeur. La lumière qui pénètre dans le corps via la rétine resynchronise l’horloge biologique. Et l’effet est quasi immédiat.

La lumière qui pénètre dans le corps via la rétine resynchronise l’horloge biologique. © Patrice Hauser/Maxppp

Comme après une séance de sport

Trente minutes de séance plus tard, on tente de récupérer ses esprits légèrement brouillés par la lumière garantie sans ultraviolets. Très vite, tonus et vitalité reviennent, accompagnés d’un sentiment de bien-être et de légèreté. Une sensation similaire à celle que l’on ressent après avoir fait du sport ou des étirements. Ce qui tombe bien, puisque l’hiver fait fuir également les âmes les plus sensibles devant toute activité sportive. Enfourcher un vélo sous zéro degré, aller courir au parc ou se mouiller à la piscine, beaucoup y renoncent, au détriment de leur moral et de leur santé.

Lire aussi > Pourquoi les Indiens n’aiment pas faire de sport (alors qu’ils devraient)

Une dizaine de séances plus tard, à raison d’une fois par semaine, les essais sont plus que probants. Souvent d’humeur glaciale, pestant sans arrêt contre les méfaits de l’hiver, le moral – d’habitude dans les chaussettes – semble beaucoup mieux se porter. En effet, la luminothérapie permet d’aborder avec plus de légèreté les cinq mois qui précèdent le retour des beaux jours. Non, détester l’hiver au point de mal le vivre n’est pas une fatalité.

Lampes ou lunettes

Si prendre le temps d’une balade pour s’exposer à la lumière naturelle reste la meilleure option, la cure de lumière artificielle peut être un réel plus pour prévenir des troubles liés au manque de luminosité. Outre les lunettes proposées en institut, il est également possible de se procurer des lampes. Installée près du lit ou sur le bureau, la lampe de luminothérapie existe sous différentes formes et offre le luxe de séances quotidiennes, quelque soit l’activité du jour (lire, travailler, cuisiner, etc.). Ainsi, l’utiliser au moins dix minutes par jour devient d’autant plus efficace qu’une séance hebdomadaire en institut. Sachez enfin que la luminothérapie ne sert pas qu’à vaincre la déprime hivernale. Elle est tout aussi bénéfique pour soigner l’insomnie, stimuler la libido ou encore perdre du poids.

CIM Internet