Paris Match Belgique

États-Unis : Un café s’excuse après avoir célébré la gentrification de son quartier

À Denver, Five Points était le quartier historique des Afro-Américains avant que la gentrification ne passe par là. | © Pexels

Société

Le coffee shop « ink! », installé dans le quartier historique des Africains-Américains à Denver, s’est excusé publiquement sur les réseaux sociaux à cause d’un bad buzz.

À Denver, Five Points était le quartier historique des Afro-Américains avant que la gentrification ne passe par là. Il y a de cela quelques années, des magasins branchés s’y sont installés faisant grimper les prix et, implacablement, fuir ceux qui habitaient le quartier depuis des générations. Le café « ink! » fait partie de ces commerces qui ont initié la vague d’embourgeoisement urbain en 2014. Mais lorsque le coffee shop a affiché une pancarte où l’on pouvait lire « ink! gentrifie fièrement le quartier depuis 2014 », c’en est trop pour les habitants.

Lire aussi > Glyphosate et crèmes glacées : Ben & Jerry’s menacé par un boycott général

Appel au boycott

Sur Twitter, Ru Johnson, une résidente noire de Five Points, poste une photo du panneau. « Yo ink Coffee, nous ne sommes pas d’accord avec cette pancarte (…). Mauvaise décision. Mauvais design. MAUVAIS. W.T.F. », déplore-t-elle. Il n’en faut pas beaucoup plus pour que d’autres tweets suivent. Le café est ainsi accusé de « coloniser » le quartier pour certains et de symboliser la « suprématie blanche » pour d’autres, explique le Chicago Tribune. Les gens appellent au boycott.

« Nous avons bu trop de café »

Face au tollé provoqué sur les réseaux, la NAACP(l’association nationale pour la promotion des gens de couleur aux États-Unis, ndlr) a exigé que le commerce se débarrasse du panneau. Le 22 novembre dernier, « ink! » a formulé des excuses de manière officielle via son Facebook. « Nous avons bu trop de café et avons perdu de vue ce qui rend notre quartier si unique », a expliqué la marque.

Le message n’a visiblement pas suffi à apaiser les tensions. Le lendemain, la devanture du café était saccagée et quelqu’un avait tagué « Café blanc » sur la façade de briques rouges.

CIM Internet