Paris Match Belgique

Espion ou compagnon ? YouTube lance une nouvelle campagne qui vous observe

Vidéo Société

La dernière campagne de publicité de YouTube crée le malaise avec un procédé qui rappelle la collecte de données à laquelle s’adonne Google, propriétaire de la plateforme de vidéos.

Assis à la station londonienne de King’s Cross dans l’attente d’un métro qui ne devrait pas tarder à arriver, la large affiche fait un drôle d’effet. Sur le mur, une dame âgée tient serré dans son poing un mouchoir, les yeux embués. S’il est toujours perturbant de voir quelqu’un pleurer, l’impression ici est renforcée par le cadre de l’image : le lecteur vidéo de YouTube, bien reconnaissable. À un détail près : celui-ci est à l’envers, comme si nous observions cette « granny » regarder un énième documentaire sur Lady Di, les larmes aux yeux.

YouTube nous surveille-t-il ? Le malaise de la nouvelle campagne n’est en rien évacué par son slogan, quelques mots sans plus d’informations : « More than just viewers » – « Plus que des spectateurs ». Pourtant, ni l’aspect voyeur ni le sentiment de surveillance qui se dégage de la publicité ne devait avoir été anticipé par Google, propriétaire de la plateforme. Et pourtant.

Lire aussi > Des annonceurs boycottent YouTube Kids envahi de commentaires pédophiles

Un public captif

La campagne, dirigée par un studio, devait certes jouer sur la corde sensible, mais plutôt dans l’idée de célébrer l’implication de ses utilisateurs : ils seraient plus d’1,5 milliards et passeraient 95% de leur temps sur YouTube en étant particulièrement attentifs aux contenus, joués en « full screen » et avec le son activé – à l’inverse de la consommation habituelle de vidéos sur Facebook, par exemple. Ainsi, ils seraient « plus que de simples spectateurs » pour les annonceurs, qui sont la véritable cible de cette campagne.

Lire aussi > Bad buzz pour Google : le site vend des spots à un groupe qui promet de guérir l’homosexualité

©Capture d’écran YouTube

À travers sa nouvelle vidéo promotionnelle et ses affichages, Google entendait également rétablir la réputation de la marque, sérieusement écornée en Angleterre en février dernier. Le Times avait en effet révélé qu’à l’époque des publicités inappropriées figuraient aux côtés des vidéos des attentats de Londres, à la plus grande horreur des utilisateurs. Sauf qu’aujourd’hui, la nouvelle campagne de YouTube n’est pas sans rappeller à tous la collecte massive et constante de données à laquelle s’adonne Google. Un post-it géant sur le profilage en ligne et la revente d’informations, qui menacent pour certains le droit intime à la vie privée, dont se serait probablement bien passé le géant d’Internet.

CIM Internet