Paris Match Belgique

Sans espoir, l’Argentine abandonne ses recherches sur les survivants du sous-marin disparu

Les proches des membres de l'équipage attendaient encore un miracle. | © Xinhua/Martin Zabala

Société

Le sous-marin San Juan ainsi que ses 44 membres d’équipage ont été portés disparus il y a deux semaines dans l’Atlantique Sud.

 

Depuis le 15 novembre, jour de la disparition du navire, les chances de retrouver l’équipage su San Juan en vie s’amenuisait de jour en jour. Il n’y a désormais plus d’espoir.

Ce jeudi 30 novembre, la Marine argentine a annoncé qu’elle mettait officiellement un terme à ses opérations de recherche d’éventuels survivants parmi les 44 membres de l’équipage du sous-marin porté disparu il y a deux semaines dans l’Atlantique Sud.

Lire aussi > Disparition du sous-marin San Juan : les chances de survie de l’équipage diminuent

Le 22 novembre, le porte-parole de la marine argentine Enrique Balbi avait prévenu : « Sans renouvellement de l’air, la survie est de sept jours ». « S’il est posé sur le fond, il faut pour survivre que la coque soit intacte, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas d’entrée d’eau à l’intérieur du sous-marin. Ensuite, il leur faut une atmosphère respirable. Pour cela, Il existe des systèmes de secours qui produisent de l’oxygène et des dispositifs capables d’absorber le gaz carbonique. Leur autonomie permet de tenir plusieurs jours. Ensuite, pour lutter contre le froid, l’équipage dispose de vêtements de survie et de couvertures. Enfin, il faut bien sûr avoir des vivres et de l’eau et, pour cela, des rations de survie sont stockées à bord », avait précisé au Figaro Bertrand Dumoulin, chef du service d’information et de relations publiques de la Marine française.

Espérance de vie nulle

D’après les experts, le sous-marin a sombré à environ 450 kilomètres des côtes de Patagonie, quelques heures après avoir signalé une entrée d’eau, un début d’incendie à bord et une avarie sur le système de batteries, qui propulse le bâtiment équipé de moteurs diesel. Lors d’une conférence de presse à Buenos Aires, le porte-parole de la Marine Enrique Balbi a annoncé que la phase de « recherche et se secours » était terminée et qu’elle était suivie à présent d’une phase de recherche du sous-marin, probablement à 900 mètres de fond.

Lire aussi > Le sous-marin argentin disparu a émis des appels de détresse

« L’espérance de vie est de zéro. Nous sommes au milieu d’une tragédie. L’ambiance au sein de la Marine est à la consternation absolue, angoisse et douleur. Nous avons perdu 44 camarades », a dit à l’AFP un officier de la Marine argentine qui a requis l’anonymat.

Une nouvelle qui, parmi les proches des membres de l’équipage, a provoqué l’effondrement, certains ne voulant ni admettre ni baisser les bras. « Ils viennent de jeter par dessus bord le dernier espoir que nous avions », a déclaré Luis Tagliapietra, père de Damián Tagliapietra, un marin de 27 ans. « Je continue d’espérer et d’avoir la foi. Notre optimisme est intact indépendamment de ce qui peut se dire », a dit Jorge Villareal, père du lieutenant Fernando Villareal, 38 ans.

– Avec AFP

 

 

CIM Internet