Paris Match Belgique

Des vidéos révèlent la torture dans les prisons brésiliennes

prison torture

Un contrôle de détenus au Brésil, tiré du film sur le massacre de Carandiru. | © Flickr/INM285

Société

Au Brésil, des surveillants de prison ont été filmés en train de torturer des détenus. La justice a reçu ces images violentes et a ouvert une enquête.

Tournées dans quatre prisons brésiliennes différentes, des images montrent des détenus maltraités, frappés et paralysés par des agents à l’aide de tasers, des pistolets à impulsion électrique, alors qu’ils sont déjà sous contrôle ou en train de dormir dans leur hamac. Ces cas de torture auraient été filmés entre 2014 et 2015 par un surveillant, les images ont été présentées à la justice de l’Etat de Goiás qui a décidé d’ouvrir une enquête dans trois établissements pénitentiaires.

Lire aussi > Des migrants vendus comme esclaves en Libye : Les images qui indignent

Ce sont autant de « preuves du chaos qui règne dans le système pénitentiaire brésilien », selon le procureur de l’Etat de Goias, Luciano Miranda, rapporte Euronews qui a diffusé quelques images.

Selon InSight Crime, l’organisation qui répertorie les actes de violence criminelle en Amérique Latine, « les prisons brésiliennes sont surpeuplées et en sous-effectif, ce qui a alimenté le traitement inhumain des détenus, la torture et les émeutes sanglantes qui débordent parfois dans les rues ». Ces vidéo violentes sont donc le dernier exemple de « ces conditions déplorables » qui ont donné naissance à des gangs de prison. En janvier dernier, on comptait plus de 115 morts parmi les détenus au Brésil, rapporte Euronews.

Lire aussi > Au Brésil, « culture » rime avec « censure »

Des agents suspendus

Les surveillants qui se trouvent dans la vidéo sont des agents du Gope, une troupe d’élites chargée des émeutes dans les prisons au Brésil. L’un d’eux, qui était présent lors des maltraitances mais qui n’était « pas d’accord avec le comportement de ses collègues », a remis ces images à la justice. Deux agents en charge de l’unité ont été retirés de leurs positions et tous les autres visibles dans cette vidéo font l’objet d’une enquête.

Mots-clés:
Brésil prison torture
CIM Internet