Paris Match Belgique

Pourquoi Woody Allen a-t-il échappé au raz-de-marée post-Weinstein ?

Les faits dont l'accuse Dylan Farrow auraient eu lieu jusqu'en 1993. | © EPA/CLAUDIO PERI

Société

La fille adoptive de Woody Allen poursuit ses accusations plus de 20 ans après les faits et dénonce le « système » qui a profité à Harvey Weinstein et à son père.

 

« Nous sommes au cœur d’une révolution », commence Dylan Farrow, la fille adoptive de Woody Allen et Mia Farrow. Ce qu’elle s’apprête à dire dans le L.A. Times, elle le clame depuis 25 ans, auprès de sa mère, de la justice et plus récemment de l’opinion publique. Cette lettre ouverte, publiée par le journal le 7 décembre, entend bien le réaffirmer : le réalisateur l’aurait agressée sexuellement à de nombreuses reprises jusqu’à ses sept ans. Aujourd’hui, bien que l’enquête qui a eu lieu en 1993 n’ait jamais condamné Woody Allen faute de preuves, elle s’interroge sur les raisons pour lesquelles le cinéaste n’a pas été lui aussi répudié par le cinéma hollywoodien à la suite de l’affaire Weinstein, comme de nombreux hommes accusés des mêmes crimes.

Lire aussi > Scandale Weinstein : Woody Allen est « triste » pour Harvey et les « pauvres femmes »

« Mais cette révolution est sélective. Je maintiens depuis longtemps que, lorsque j’avais 7 ans, Woody Allen m’a emmenée dans un grenier, à l’écart des babysitters qui avaient reçu l’ordre de ne jamais me laisser seule avec lui. Il m’a ensuite agressée sexuellement. J’ai raconté la vérité aux autorités à l’époque, et je la raconte, inchangée, depuis plus de 20 ans. Comment se fait-il qu’Harvey Weinstein et d’autres célébrités accusées aient été écartées d’Hollywood, tandis qu’Allen vient de signer un contrat de distribution à plusieurs millions de dollars avec Amazon, approuvé par l’ancien cadre d’Amazon Studios Roy Price avant que ce dernier ne soit suspendu pour des accusations de comportements déplacés? Le dernier film d’Allen, Wonder Wheel, est sorti au cinéma le 1er décembre.

©Belga – Woody Allen et Harvey Weinstein.

Allen nie mes accusations. Mais ce n’est pas juste sa parole contre la mienne. Des amis et des membres de la famille ont été témoins des comportements inappropriés d’Allen -mettre son pouce dans ma bouche, grimper sur mon lit en sous-vêtements, prédation sexuelle et attouchements constants. A l’époque des agressions, il suivait une thérapie pour sa conduite envers moi. Trois témoins oculaires ont corroboré mes propos, dont une babysitter qui a vu Allen avec sa tête fourrée entre mes genoux après qu’il a retiré mes sous-vêtements. Allen a refusé de passer au détecteur de mensonge, comme cela avait été demandé par la police du Connecticut ».

Le même « système »

La sœur de Ronan Farrow – qui est entre autres à l’origine de l’enquête qui a permis de confondre Harvey Weinstein – s’en prend également à diverses actrices pour leur manque de cohérence. Ainsi, elle pointe Blake Lively, Kate Winslet et Greta Gerwig, qui ont toutes condamné l’attitude du producteur, tout en défendant par ailleurs Woody Allen. En revanche, « ça a été très important pour moi quand Ellen Page a dit qu’elle regrettait avoir travaillé avec Allen, et quand les actrices Jessica Chastain et Susan Sarandon ont dit au monde entier qu’elle ne le feraient jamais », écrit-elle.

Lire aussi > Weinstein et le silence des hommes

©EPA/MASSIMO PERCOSSI – Woody Allen et l’actrice Penelope Cruz.

Dylan Farrow accuse également Woody Allen d’avoir fait usage des mêmes techniques de « défense » et d’intimidation que Weinstein, à chaque fois qu’un scandale couvait. « En 1997, le Connecticut Magazine a révélé que l’équipe légale d’Allen avait embauché des détectives privés, les mêmes qui ont reçu pour ordre de trouver des informations compromettantes sur les responsables de la justice qui travaillaient sur le dossier d’abus sexuels ».

« Le système a fonctionné pour Harvey Weinstein pendant des décennies. Il fonctionne toujours pour Woody Allen », conclut-elle.

CIM Internet