Paris Match Belgique

Pour l’ambassadrice américaine à l’ONU, les accusatrices de Donald Trump devraient être entendues

Image d'illustration | © BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Société

Alors que les accusations pour agressions sexuelles contre Donald Trump ont été tues avec son élection, l’ambassadrice US à l’ONU estime qu’elles devraient être entendues.

Les femmes qui ont accusé le président américain Donald Trump de harcèlement et d’agressions sexuelles « devraient être écoutées », a estimé dimanche l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley. Trump s’était vanté en des termes crus de pouvoir « attraper » les femmes par l’entrejambe grâce à sa célébrité selon une vidéo de 2005 dont la diffusion en octobre 2016 à un mois de l’élection présidentielle avait fait scandale. Par la suite, le président et la Maison Blanche avaient rejeté les accusations de conduite déplacée lancées à son encontre par plus d’une dizaine de femmes.

« Les femmes qui accusent quiconque devraient être entendues. Elles devraient être entendues et on devrait s’occuper d’elles« , a déclaré Mme Haley sur CBS alors qu’elle était interrogée sur ces accusations envers M. Trump. Selon la ligne officielle de la Maison Blanche, l’élection de M. Trump à la présidence a mis un point final à ces accusations et fermé le dossier. Interrogée pour savoir si l’élection signifiait que cette affaire était close, Mme Haley a répondu: « c’est aux gens de décider. Je sais qu’il a été élu mais (…) les femmes devraient toujours se sentir à l’aise pour s’exprimer et nous devrions tous être désireux de les écouter« .

Lire aussi > Pourquoi Woody Allen a-t-il échappé au raz-de-marée post-Weinstein ?

©BELGA PHOTO BRUNO FAHY – En janvier 2017, des milliers de femmes s’étaient réunies à travers le monde pour protester contre la figure misogyne de Donald Trump, dont à Bruxelles.

Les révélations début octobre d’accusations de viols et de harcèlement sexuel envers le producteur de cinéma Harvey Weinstein ont ouvert la voie à des accusations d’abus sexuels envers une multitude d’hommes de pouvoir dans les milieux du divertissement, des médias, de la culture mais aussi de la politique. Trois membres du Congrès ont récemment démissionné après de telles accusations et le candidat républicain au Sénat dans l’Alabama Roy Moore se voit mis en danger par des accusations d’attouchement sur mineures il y a plusieurs décennies.

Avec Belga

CIM Internet