Paris Match Belgique

Ulysse, le nouveau centre d’hébergement pour migrants à Bruxelles

centre migrants

Le centre sera ouvert jusqu'au 30 avril prochain. | © BELGA PHOTO DAVID DE MATTEIS

Société

Le centre d’hébergement pour les migrants du parc Maximilien ouvrira ses portes ce lundi soir à Haren, en Région de Bruxelles-Capitale. Son nom : Ulysse, en hommage au jeune garçon dramatiquement décédé le 18 novembre dernier.

C’est un grand soir pour la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et Médecins du Monde. Le centre d’hébergement pour les migrants du parc Maximilien qu’ils cogèrent ouvre enfin ses portes ce lundi soir à Haren. Avec 80 lits à sa disposition et quatre étages, ce centre permettra également aux migrants de se nourrir car des repas seront servis le matin et le soir. Ils pourront résider de 20h à 10h environ dans ce bâtiment mis à disposition par la Ville de Bruxelles jusqu’au 30 avril prochain.

Lire aussi > D’hésitant à accueillant de migrants : Leurs témoignages rassemblés sur un seul blog

« Grâce à une levée de fonds, nous avons récolté 10 000 euros pour installer des douches dans des conteneurs qui seront installés devant le centre », ajoute Medhi Kassou, de la Plateforme citoyenne. « L’idée est de soulager les familles qui hébergent chaque nuit plusieurs centaines de migrants depuis plusieurs mois ».

Aide inexistante

Les associations déplorent toutefois un manque de soutien des institutions publiques aux niveaux fédéral et régional. « Il y a deux mois, la Région bruxelloise avait promis un soutien financier aux organisations qui viennent en aide aux migrants », rappelle Medhi Kassou. « Nous n’avons rien reçu alors que nous pourrions augmenter le nombre de lits si nous obtenions de l’aide ». Sur la page Facebook de la Plateforme, l’équipe fait le même constat : « personne, à aucun niveau de pouvoir, n’a daigné accorder la moindre attention, et a fortiori le moindre euro, à ce projet pourtant nécessaire ».

Lire aussi > À Liège, les migrants sont les bienvenus et les initiatives se multiplient

La mobilisation n’est pas terminée

Plusieurs dizaines de bénévoles devront s’occuper eux-mêmes du transport des migrants entre le parc Maximilien et le centre, de la distribution des repas ainsi que de la logistique. Et 80 lits ne seront pas suffisants pour héberger la totalité des migrants du Parc Maximilien. Chaque soir, ils sont plus de 300 à trouver un lit, un canapé grâce à la mobilisation qui ne faiblit pas depuis plusieurs mois.

Lire aussi > Une comédienne « fait virer » Philippe Close pour la cause des migrants

Sur sa page Facebook, la Plateforme « ne perd pas espoir que ce fruit de la mobilisation citoyenne, et d’elle seule, soit enfin reconnu et pérennisé par l’ensemble des pouvoirs de ce pays ». Elle a également lancé un appel aux dons pour récolter des chaises, des bureaux, du papier toilette, des brosses à dent ou encore une machine à café.

Ulysse, ce petit garçon au grand cœur

Le nom du centre n’est pas un hasard. Les personnes mobilisées autour de cette cause ont « tenu à ce que le centre porte le nom d’Ulysse », explique la Plateforme. Le 18 novembre dernier, ce jeune scout de 12 ans est décédé après qu’un automobiliste a perdu le contrôle de sa voiture, le projetant dans l’Escaut. Face à la perte de leur jeune garçon, les parents demandaient qu’en guise de soutien, plutôt que des fleurs, de l’argent soit versé à l’opération « Deux euros cinquante » pour venir en aide aux migrants au niveau alimentaire. « Ulysse était sensible au drame des migrants, expliquait son père dans son appel aux dons. Il serait devenu un adulte sensible et intelligent, le genre de personne dont nous avons besoin pour que le monde devienne meilleur ».

(Avec Belga)

CIM Internet