Paris Match Belgique

Ryanair s’engage à négocier avec les syndicats : « un écran de fumée », craint un pilote

La direction de Ryanair aurait pensé à tout. | © A plane of Irish low-coast airline company Ryanair is pictured on the tarmac of Rome's Ciampino airport on December 15, 2017. Ryanair pilots in Italy are to suspend their planned strike action scheduled for later today after management of the Irish low-cost airline offered to recognise unions for the first time, unions said. / AFP PHOTO / Alberto PIZZOLI

Société

Suite aux menaces de grève qui planaient au-dessus de Ryanair pour ces 15 et 20 décembre, la compagnie accepte enfin de négocier avec certains syndicats.

Il s’agit de la revendication principale des pilotes. Depuis toujours, la compagnie low cost Ryanair refuse d’accepter tous les syndicats qui lui sont proposés comme intermédiaires, empêchant ainsi une réelle représentation du personnel et une négociation en bonne et due forme de ses conditions de travail.

N’en pouvant plus d’attendre, les pilotes de plusieurs pays d’Europe ont décidé de menacer leur employeur de plusieurs grèves, particulièrement redoutables pour la compagnie en cette période de départs en vacances. La première action devait avoir lieu cet après-midi en Italie, mais a été annulée. Car pour la première fois de son histoire, Ryanair a finalement annoncé accepter de négocier avec des syndicats dans les pays concernés à savoir l’Irlande, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Portugal.

Nous appelons les pilotes à annuler les menaces de grève prévues pour la semaine de Noël.

Dans un communiqué, Michael O’Leary, le patron de Ryanair déclarait ainsi : « Les vols de Noël sont très importants pour nos passagers et nous voulons leur enlever toute crainte ou préoccupation d’annulations suite à une action de grève la semaine prochaine. Si le meilleur moyen d’arriver à cela est de parler avec nos pilotes à travers un processus syndical, nous le ferons. Nous avons écrit aujourd’hui à ces syndicats en les invitant à des discussions afin de les reconnaître et en les appelant à annuler les menaces de grève prévues pour la semaine de Noël ». Et d’ajouter : « Reconnaître des syndicats serait un changement significatif pour Ryanair, mais nous avons déjà effectué des changements radicaux auparavant (…) ».

Lire aussi > Un pilote témoigne : « Ryanair est nocif pour l’environnement et pour l’humain »

Une annonce inédite pour la compagnie, qualifiée par l’Association nationale de pilotes de l’aviation civile italienne comme « un premier pas très important ».

AFP PHOTO / CARLOS REYES

Ecran de fumée

Cependant, selon un pilote que nous avons contacté, il pourrait s’agir d’un écran de fumée. Pour lui, l’annonce ne répond pas aux revendications du personnel, qui réclame une représentation syndicale unifiée pour toute l’Europe. « Maintenant que Ryanair a fait son annonce, le public, qui était de notre côté jusqu’à présent, se retournera contre nous si nous maintenons la grève ».

Il ajoute ensuite qu’il s’agit ici de « gagner du temps car nous sommes en haute saison de départs pour les vacances ». Après cette période, notre interlocuteur redoute une baisse de marge de manoeuvre pour le personnel, étant donné que les mois de janvier et février sont les plus creux pour la compagnie. « La moitié de la flotte sera au sol, ce qui implique un impact nul pour tout mouvement hypothétique étant donné que la réserve de pilotes sera plus importante ».

Lire aussi > Ryanair : « Il n’y a pas de crise chez nous »

Enfin, il précise que le délai par rapport à la grève de mercredi est assez court, et met le personnel  dans une position très inconfortable. « Afin de lever les préavis de grève, il faudrait une réunion lundi ou mardi. Mais si Ryanair n’acte pas par écrit qu’elle a bien l’intention de négocier avec les syndicats, les grèves pourraient bien être maintenues ». Suite l’annonce de Ryanair, les différents syndicats concernés devraient communiquer aujourd’hui.

CIM Internet