Paris Match Belgique

L’Irak dit non au mariage des fillettes à peine pubères

irak mariage

La légalisation du "viol d'enfants" n'aura pas lieu en Irak. | © EPA/ALI ABBAS

Société

Soulagement en Irak. Le Parlement a rejeté la proposition de loi autorisant le mariage des fillettes à peine pubères. En novembre dernier, elle avait suscité une vive indignation chez ses détracteurs qui y voyaient une légalisation du « viol des enfants ».

C’est Human Rights Watch qui rapporte la bonne nouvelle. Le parlement irakien a dit non au mariage des fillettes à peine pubères. Les amendements, proposés par des députés chiites conservateurs fin octobre, auraient couvert des domaines tels que l’héritage, le divorce et, en donnant le pouvoir d’imposer des lois familiales à certaines communautés religieuses, auraient permis aux filles de se marier dès l’âge de 8 ans, selon certaines de ces lois. Si la chef du comité des droits des femmes du Parlement a rejeté l’initiative, bloquant ainsi la proposition de loi, certains membres du Parlement ont menacé de continuer à faire pression pour que les amendements recueillent des votes dans certaines parties du pays lors des élections législatives de mai prochain.

Lire aussi > Enfants et femmes : De l’Afghanistan aux États-Unis, le calvaire du mariage forcé

« Le comité des droits des femmes du Parlement a apporté une contribution importante à la société irakienne en rejetant cet effort visant à saborder les protections du droit de la famille en Irak », a déclaré Belkis Wille, chercheur en Irak pour l’association de défense des droits de l’Homme. « Les menaces des législateurs de démanteler les protections en vertu de la loi actuelle et de rétablir les lois discriminatoires seraient dévastatrices pour les droits des femmes ».

Indignation de la population en Irak et ailleurs

Le 31 octobre, les députés chiites conservateurs ont proposé d’amender la loi de 1959 interdisant le mariage avant 18 ans. La proposition stipulait qu’« un mariage peut être contracté (…) par toute personne autorisée à se marier selon les décisions des juristes du courant religieux (chiite ou sunnite) à laquelle elle appartient », rapporte 20 minutes. Selon le député libéral Faïq al-Cheikh, membre de la Commission des lois, avec ce texte, « l’avis des oulémas chiites et sunnites » aurait été « contraignant pour les juges ».

Il faut penser à la scolarité des fillettes, pas à leur mariage !

Pour autoriser ce mariage précoce, certains théologiens musulmans s’appuyaient sur le fait que, selon la tradition, le prophète Mahomet a épousé Aïcha alors qu’elle avait neuf ans. Et c’est précisément l’âge qui a suscité la colère et l’indignation sur les réseaux sociaux mais aussi dans la rue. « On assassine l’innocence des enfants », déclarait Ali Lefta, professeur de 40 ans à Bassora,n au site français. De son côté, la députée Majeda al-Tamimi soulignait fermement : « Il faut penser à la scolarité des fillettes, pas à leur mariage ! »

Lire aussi > Une Indienne mariée de force à 12 ans fait annuler son mariage grâce à Facebook

Le sexe faible

« Les amendements proposés visent à établir le sectarisme et à saper le principe de la citoyenneté et de l’identité nationale de l’Irak », a déclaré Hanaa Edwar, fondateur de l’association Al-Amal, une organisation irakienne de défense des droits de l’homme. « Les amendements violeraient les droits fondamentaux consacrés dans la constitution et les lois de l’Irak, et traiteraient les femmes comme inférieures aux hommes ».

Lire aussi > Dans le monde, 57 millions d’enfants sont toujours privés d’école

« Il y a un besoin crucial de stratégies légales et institutionnelles pour éliminer les discriminations contre les femmes et les fillettes en Irak », affirme la mission des Nations unies en Irak (UNAMI). Cette dernière rappelle également que la loi sur le statut personnel est « régulièrement dénoncée » par l’ONU et d’autres. Si la loi actuelle interdit le mariage avant 18 ans, elle autorise tout de même le juge à permettre aux filles âgées de 15 ans minimum de se marier dans des cas « urgents ». Selon les chiffres de l’UNICEF en 2016, 5% des enfants irakiens sont mariés à l’âge de 15 ans et 24% à 18.

Mots-clés:
mariage enfant Irak
CIM Internet