Paris Match Belgique

Le surf, un sauvetage pour les vétérans au creux de la vague

Apprendre à se relever, au propre comme au figuré | © Facebook @ Operation Surf

Sport

Après s’être frotté aux plus grandes vagues de la planète, Van Caruza a fondé Operation Surf, et s’est attaqué à son plus grand défi : redonner le goût de vivre aux vétérans de l’armée en leur apprenant à surfer. Un projet mis en lumière dans un documentaire poignant, Resurface

Bobby Lane a beau avoir voulu s’engager dans l’armée dès son plus jeune âge, rien n’aurait pu le préparer à la réalité des combats. Ceux qu’on mène contre un ennemi difficile à cerner, dans l’arène interminable du conflit en Irak. Puis ceux qu’on ramène avec soi, cette guerre interne qui déchire les vétérans revenus du front et que les spécialistes de la santé ont qualifié de PTSD. Quatre lettres qui désignent le Post Traumatic Stress Disorder, une réaction psychologique déclenchée par une situation durant laquelle l’intégrité physique et/ou psychologique du patient a été menacée ou atteinte. Désespoir, horreur, impulsivité, sentiments permanents de honte et de culpabilité, comportements destructeurs… Soudain, l’ennemi vient de l’intérieur. Et pour en finir avec cette souffrance perpétuelle, Bobby Lane se convainc que la seule solution est de mettre fin à ses jours. Jusqu’à sa rencontre avec Van Caruza.

Facebook @ Operation Surf

Apprendre à se (re)lever

La peau tannée par le soleil et l’eau salée, le visage perpétuellement fendu d’un sourire Ultrabrite, Van Caruza est une légende dans le monde du surf. Le natif de Californie peut en effet s’enorgueillir d’avoir ridé les vagues les plus impressionnantes de la planète. Jusqu’à ce qu’il décide de s’en prendre au vague à l’âme, et plus particulièrement, de soigner celui des vétérans. « J’ai réalisé que bien plus qu’un hobby, le surf était mon identité, la source de mon estime de moi-même. Et c’est la même chose pour les vétérans ».

Lire aussi > Hawaii, paradis des surfeurs et des chrétiens fondamentalistes

Facebook @ Operation Surf

Une réalisation qui l’a amené à fonder Opération Surf, un programme d’une semaine pour apprendre à des soldats et à des vétérans blessés au combat à surfer. Et en profiter pour les initier à l’effet salvateur de l’océan. Car Van Caruza n’apprend pas seulement aux soldats à se lever sur une planche. Ainsi qu’il l’a confié à Surfer, il s’agit de les pousser à se relever, au propre comme au figuré.

Le but de se fixer des objectifs au début de la semaine, c’est de leur montrer qu’avec de la détermination et le support approprié, on peut y arriver, malgré les blessures physiques et mentales. Notre rôle, c’est de leur rendre de l’espoir.
Van Caruza

Sans compter que la camaraderie inhérente au sport est souvent un rappel bienvenu de leur expérience dans l’armée pour ces hommes et ces femmes qu’une blessure a arraché à leur vocation. Mais aussi un retour à la vie. Amputé de trois membres après avoir sauté sur une bombe artisanale en Afghanistan, Martin Pollock, un soldat britannique de 32 ans, est sorti d’Operation Surf avec un nouveau regard sur son quotidien. « Désormais, je ne me vois plus comme un handicapé. Je suis juste han-différent ». Où quand le Point Break permet de revenir du point de non retour.

CIM Internet