Paris Match Belgique

"Bonaly", la figure rebelle (et interdite) du patinage artistique

Surya Bonaly en représentation à Bâle, en 2007. | © EPA/GEORGIOS KEFALAS ELECTRONIC IMAGE

Sport

On l'appelle le "bonaly", du nom de Surya Bonaly, et il a coûté à la patineuse artistique une place sur le podium des Jeux olympiques d'hiver en 1998.

L'esprit du sport pourrait nous pousser à croire que plus la performance est grandiose, mieux notée elle sera en compétition. C'est sans compter l'une des plus furieuses exceptions, un invraisemblable salto arrière réceptionné sur un patin à glace.

On l'appelle le "bonaly", comme Surya Bonaly, patineuse artistique française de renom, neuf fois championne nationale, cinq fois d'Europe et une sacrée habituée des compétitions internationale dans les années 90 - dont les Jeux olympiques d'hiver. Ancienne gymnaste reconvertie en patineuse, elle a tout pour surprendre les jurés : sa musculature puissante et sa morphologie différente des fines athlètes du patinage, sa peau noire - inhabituelle dans les championnats d'alors - et un sacré caractère. Dans un court documentaire de sa série Versus, la productrice Eva Longoria l'appelle même la "Rebelle sur glace".

C'est que la championne n'a jamais hésité à faire savoir lorsqu'elle se sentait flouée. L'épisode le plus marquant de sa carrière est probablement celui de 1994, quand aux mondiaux de Chiba, au Japon, elle refuse de monter sur podium. Arrivée ex-aequo en termes de points avec la patineuse Yuka Sato, c'est cette dernière qui remporte la première place. Furieuse, Surya Bonaly se place à côté du podium, n'y montant finalement que pour arracher rapidement la médaille d'argent de son cou.

Le "bonaly" interdit

Mais c'est en 1998, aux JO de Nagano, qu'elle donne réellement la preuve de son tempérament de feu, sur patin. Alors que le salto arrière est interdit depuis 1976 - il n'est pas considéré comme un saut correct, dès lors qu'il demande d'atterrir sur les deux patins - et que Surya sait pertinemment que la médaille d'or est hors de portée, elle décide de tenter le tout pour le tout : un saut arrière, réceptionné sur un seul pied. Bien que le règlement n'en fasse pas mention, puisque personne n'y était jamais arrivé, elle recevra une sévère pénalité et finira en dixième place du classement.


Mais la légende est écrite, et le "bonaly" devient la figure rebelle d'une patineuse de talent. Mais si c'est la première fois qu'elle est réalisée devant un large public et un jury, Surya Bonaly l'avait déjà utilisée pour impressionner ses concurrentes, comme en 1992 quand elle l'avait montré à l'entrainement des JO de 1992.

Suite à ces Jeux olympiques de 1998 décevant, la patineuse arrête la compétition et s'installe définitivement à Las Vegas. Désormais naturalisée américaine et à 44 ans, Surya Bonaly est devenue entraineuse de talents sur glace et reste un véritable mythe du patinage artistique.

CIM Internet