Paris Match Belgique

Kim Meylemans, l’athlète belge qui fait parler d’elle aux JO

Kim Meylemans compte tout donner aux JO | © Belga

Sport

Kim Meylemans n’a pas convaincu lors des séances d’entraînement sur la piste olympique de skeleton du Centre Olympique de glisse de Pyeongchang. Avec le début de la compétition qui se présente, elle demeure combative. Malgré les polémiques.

Quelques jours avant le début de la compétition olympique de skeleton féminin, une polémique a en effet éclaté au sujet des nouvelles tenues de haute technologie que les Britanniques portent. Elles leur donneraient un avantage de temps énorme pendant les courses. Kim Meylemans, qui représente la Belgique à Pyeongchang, s’est jointe à plusieurs concurrentes pour déposer une plainte auprès de la fédération internationale. Elles demandent qu’une l’enquête soit ouverte. Laura Deas et Lizzy Yarnold, qui défendent les couleurs britanniques en skeleton, ont fait impression au début de cette semaine lors des séances d’entraînement. Au Centre Olympique de glisse, elles ont réussi les meilleurs temps alors qu’elles n’étaient respectivement que septième et neuvième au cours de la dernière Coupe du monde. Leurs chronos pointus ont fait se froncer les sourcils.

Il est frappant de constater qu’après une très mauvaise saison, les Britanniques dominent de la tête et des épaules une fois de plus ici.
Kim Meylemans

Un article dans The Guardian a mis la puce à l’oreille de Meylemans et Co. « Il explique que les Britanniques gagneraient une seconde par manche grâce aux nouvelles combinaisons. C’est comme un 5-0 en football. Nous avons lu l’article attentivement et soigneusement étudié la photo du costume. On dirait qu’il y a une sorte de spoiler sous le costume. Comme dans le cas des F1, un tel spoiler assure une aspiration différente de l’air. C’est un énorme avantage et, bien sûr, c’est contraire aux règles. Avec d’autres pays, nous avons déposé une plainte auprès de la fédération internationale. On va voir si elle pense que la combinaison est illégale. Si elle rejette la plainte, nous devrons l’accepter ». Pour concevoir ces combinaisons, le Team GB a utilisé les mêmes connaissances scientifiques qui ont permis aux coureurs cyclistes sur piste britanniques de remporter un grand nombre de médailles pendant les Jeux de Rio. Vendredi, les deux premières descentes du skeleton féminin sont au programme, samedi les deux dernières.

Réussir son virage

Et en attendant la décision de la fédération, Kim Meylemans ne lâche rien : « Si je ne fais pas d’erreur, je serai dans le coup« . Meylemans a pu effectuer une troisième et une quatrième descente de la piste du Centre Olympique de glisse, mardi. A l’issue de cet entraînement, elle s’est plainte des difficultés qu’elle continue de rencontrer dans certains virages. Particulièrement le virage 2 lui donne beaucoup de maux de tête. « Aujourd’hui, c’est la dernière journée d’entraînement et nous avons encore beaucoup de travail à faire », a déclaré mercredi la skeletonneuse de 21 ans. « Le plus important, c’est le virage deux. Si je peux le prendre correctement, j’ai un gros avantage au départ. C’est la première priorité aujourd’hui, ainsi que les essais de runners (les patins métalliques, ndlr) ».

Lire aussi > Qui est Chloe Kim, la sensation des JO de Pyeongchang ?

Vendredi commence la compétition à Pyeongchang à 20h20 heures locales (12h20 en Belgique). « Je me suis très bien préparée pour ce soir-là », a ajouté Meylemans. « Je fais toujours mes exercices physiques vers 21h30. J’ai vu très peu de compétiteurs dans le gymnase en même temps, donc j’espère que cela m’apportera un avantage. Je serai plus éveillée que les autres ». Meylemans n’a pas connu une préparation sans faille, mais elle en a tiré sa force. « Lors des semaines où les entraînements ont été les plus difficiles, j’ai généralement fait mes meilleures courses. C’était le cas lors de la Coupe du monde à Whistler, où j’ai terminé cinquième. Ce n’est pas encore fini. Il y a quatre descentes, c’est long. Hier, j’ai eu la preuve que si j’avais un moins bon jour, je n’avais aucune chance. Mais si les autres font des erreurs et pas moi, et c’est ce que je vais faire, alors je serai de nouveau dans le coup. Je vais tout donner » .

– Avec Belga

CIM Internet