Paris Match Belgique

Pourquoi la tenue de Serena Williams dérange (au point d’être renvoyée au vestiaire)

Serena Williams, de retour sur le court central de Roland Garros, dans une combinaison spécialement choisie pour l'occasion. | © AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON

Sport

Pour la deuxième fois du tournoi, la joueuse américaine Serena Williams s’est affichée sur le court de Roland-Garros vêtue d’une combinaison qui ne cesse de faire parler d’elle.

 

Si elle a certainement fait sensation sur le court Central de Roland-Garros, l’impressionnante combinaison noire à ceinture rouge de Serena Williams est loin d’avoir fait l’unanimité. Osée pour les uns, inappropriée pour les autres, la tenue de l’ancienne numéro un mondiale fait actuellement l’objet d’un débat délicat à trancher : doit-elle (ou non) être autorisée sur le court pour la suite du tournoi ?

« Il y a de grosses discussions »

Si Roland-Garros est connu pour être bien moins strict que Wimbledon concernant les excentricités vestimentaires des tennismen et tenniswomen, l’absence de dress-code n’a pas empêché le corps arbitral des Internationaux de France de tennis de débattre afin d’autoriser ou non la joueuse américaine de 36 ans à rejouer dans sa tenue de « Catwoman ». « Il y a de grosses discussions », rapportait d’ailleurs RMC Sports ce 30 mai.

Lire aussi > Les joueuses de tennis sont trop payées, selon certains hommes

Vivement critiquée par les juges-arbitres, les spectateurs ainsi que par les marques concurrentes, la combinaison ultramoulante a été considérée comme « peu élégante » et ne correspondant pas « au style vestimentaire du tournoi ».  Loin des robes et des jupes habituellement de rigueur sur les courts de tennis féminin, le pantalon de Serena Williams n’a pas non plus été au goût de tous. Même sa première adversaire, Kristyna Pliskova, y a été de son petit commentaire, rapportent nos confrères de La Dernière Heure« On dirait du néoprène. Elle doit suivre les règles. Sinon, on la fait jouer toute nue », a lancé la joueuse tchèque.

Une tenue fantaisiste…

Mais les remarques déplaisantes sur cette tenue inédite, Serena Williams les a balayé d’un revers de raquette. Interrogée en conférence de presse – davantage sur son équipement ainsi que sur sa récente grossesse, que sur son jeu -, la tenniswoman n’a pas hésité à expliquer les raisons de ce choix original qu’elle assume à 100%. « Elle est très confortable (…) Je me sens un peu comme une princesse guerrière avec elle. Je vis toujours dans une vie de fantaisie. J’ai toujours voulu être une super héroïne et dedans je me sens un peu une héroïne. »

Nous sommes en 2018, le monde est différent.

Lire aussi > Cri, set et match : Ce que dit la science sur les grognements des joueurs de tennis

Une vraie tenue de combat qui, par ses couleurs, rappelle sans le faire exprès l’univers de Wakanda, le pays fictif du film Black Panther. « On a créé la combinaison bien avant le film, mais ça me le rappelle un petit peu quand même », reconnaît-elle dans les colonnes du Monde. D’autant que pour la joueuse, s’habiller tout en noir et aussi prêt du corps est une façon « de représenter toutes les femmes qui ont dû traverser des épreuves, mentalement et physiquement avec leurs corps, et qui reviennent, confiantes et croyant en elles-mêmes ». Peu étonnée par les commentaires qui déferlent depuis sa première apparition, Serena savait « qu’il y aurait beaucoup de réactions, car ce n’est pas une tenue banale. Mais qu’est ce qui est banal dans le fond ? », a-t-elle ajouté en conférence de presse. « Qui fait les règles ? Nous sommes en 2018, le monde est différent. C’est important d’être vous-même, d’essayer quelque chose de nouveau, de frais. » 

© AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON

… et fonctionnelle

Au-delà de l’esthétique, la jeune maman (qui a accouché en septembre dernier) a également justifié l’utilité pratique d’un tel accoutrement. Souffrant de « problèmes de caillots de sang » depuis plusieurs années, Serena Williams a reconnu « le petit côté fonctionnel » de sa tenue qui « permet une meilleure circulation sanguine ». « Pendant et après ma grossesse j’ai eu des problèmes de caillots de sang. J’en ai eu beaucoup au cours des 12 derniers mois », raconte-t-elle. Depuis, elle dit avoir « beaucoup porté de pantalons en jouant (…) C’est une combinaison marrante qui me permet de jouer sans aucun problème« .

Lire aussi > Le mari de Serena Williams s’est inspiré de « Three Billboards » pour célébrer « la meilleure maman du monde »

Juste après sa victoire contre la Tchèque Kristyna Pliskova pour son grand retour à Roland-Garros – un an et demi depuis son dernier Grand Chelem et huit mois après avoir donné naissance à son premier enfant – Serena Williams a partagé sur les réseaux une photo d’elle dans sa tenue surnommée « chat 2.0 » en adressant un message tout particulier aux mères du monde entier. « Pour toutes les mamans qui ont eu du mal à se remettre de leur grossesse, eh bien voilà« , a-t-elle écrit. « Si je peux le faire, vous aussi. Je vous aime  ! » Une belle manière de faire taire les critiques… en attendant le verdict du corps arbitral.

Un air de déjà-vu

Car l’ancienne numéro un mondiale n’est pas la première à vêtir une combinaison intégrale sur le court. En 1985, l’Américaine Anne White s’était présentée dans une combinaison similaire (blanche, cette fois). En pleine interruption de match, la joueuse avait été priée de se changer, sa tenue étant jugée « inappropriée » par les officiels du tournoi londonien.

CIM Internet