Paris Match Belgique

Mexique : un mini-séisme ressenti après le but face à l’Allemagne

Des supporters installés à Zocalo, la place centrale de Mexico pour suivre le match sur un écran géant. | © REUTERS/Gustavo Graf

Sport

Dimanche à Mexico, la terre a littéralement tremblé quand le Mexique a marqué face à l’Allemagne, championne du monde en titre. 

Des milliers de supporters mexicains ont bruyamment fêté dans les rues de Mexico dimanche l’exploit (1-0) de leur équipe face aux Allemands, tenants du titre. La terre a littéralement tremblé dans cette mégapole exposée aux séismes quand Hirving « Chucky » Lozano a marqué à la 35e minute, déclenchant « un tremblement de terre de bonheur » dans son pays natal.

Des sismologues ont affirmé avoir détecté une secousse « artificielle », peut-être causé par « les bonds » des supporters déchaînés qui s’étaient notamment réunis sur le Zocalo, la place centrale de Mexico pour suivre le match sur un écran géant.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui est un tremblement de terre de bonheur. Imagine, nous avons battu les champions du monde! » commentait à l’AFP Laura Villegas, une vendeuse de 45 ans, avant d’avaler un grand verre de bière et de tequila. »Qu’est-il arrivé, qu’est-il arrivé à l’Allemagne qui devait nous battre aujourd’hui? » scandait la foule.

« Lozano président! »

Le président Enrique Pena Nieto s’est joint à la fête sur Twitter: « C’est confirmé: le Mexique affronte et gagne contre les meilleurs du monde. Grand match! Félicitations ».

Les supporters se sont également réunis dans toutes les grandes villes du pays, dont Guadalajara, Toluca, Tijuana et Ciudad Juarez. A travers les rues de la capitale, des fans circulaient à motos, en voiture, klaxonnant et agitant le drapeau mexicain.

Lire aussi > 8 choses à savoir sur le Panama (qui n’ont rien à voir avec le football)

Au milieu de la cacophonie générale, un violoniste jouait un air traditionnel sur la principale avenue de la ville. « Un petit but est tout de même un but » se félicitait le vieux musicien. Une supportrice, un drapeau à la main, le visage peinturluré en vert, criait: « Nous sommes une force de combat aztèque! » « Lozano président, Lozano président! » lançaient d’autres supporters, à deux semaines de l’élection présidentielle du 1er juillet prochain.

Ana Maria Contreras, une institutrice était venue dans le centre-ville avec ses enfants vêtus du maillot vert du « Tri », tout comme ses chiens, pour célébrer la victoire. « Nous avons démontré que nous pouvons lutter contre n’importe quel pouvoir. Et j’espère que celui qui deviendra président saura aussi nous conduire vers la victoire » confiait-elle.

CIM Internet