Paris Match Belgique

Qu’est-ce que le Perudo, le jeu préféré de l’équipe de France ?

france

Kylian Mbappé, lors du match France-Pérou jeudi. | © AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Sport

Que ce soit entre deux matches de la Coupe du Monde ou dans l’avion, les Bleus se détendent autour d’un jeu de dés, simple et bon enfant : le Perudo.

Si la célébration des buts de Griezmann ne laisse aucun doute quant à son engouement pour le jeu vidéo Fortnite, les Bleus ne sont pas non plus scotchés à leur console, ils jouent également aux dés et, plus particulièrement, au Perudo. Ce jeu cartonne auprès des joueurs de l’équipe de France. Le principe ? Plusieurs dés, des gobelets, un peu de chance et beaucoup de bluff.

« C’est un jeu qui énerve, un jeu de petit malin, comme le poker », déclarait Paul Pogba déjà en 2016. « On joue à un jeu de dés qui s’appelle le Perudo. Tous ensemble, on passe de bons moments. Mais il y a beaucoup de mauvais perdants, on est tous des compétiteurs ! », expliquait de son côté Kylian Mbappé, se décrivant lui-même comme un « mauvais perdant », dans un entretien à Paris Match en mai dernier.

Lire aussi > Quand Griezmann rime avec Superman

Les règles du jeu

Chaque joueur dispose de cinq dés et d’un gobelet d’une même couleur. Petite particularité à petits cubes : le 1 est remplacé par un joker, pouvant être remplacé par n’importe quelle valeur de dé. Pour lancer la partie, chacun agite ses cinq dés sous le gobelet et regarde discrètement le résultat. Chaque joueur doit ensuite, l’un après l’autre, estimer un nombre et une valeur de dé. Par exemple, il peut parier que, sous les gobelets se trouvent « au moins trois dés de valeur 4 ». Le suivant a alors plusieurs possibiltés : soit il annonce une valeur plus élevée « (au moins trois dés de 5 »), soit un nombre supérieur (au moins quatre dés de 4, soit il annonce un nombre de joker, appelé un « paco », soit il crie au bluff s’il pense que le joueur précédent s’est trompé. Dans ce dernier cas, tout le monde dévoile son jeu.

Lire aussi > Comment le jeu FarmVille nous a habitué à livrer nos données à Facebook

Si personne ne crie au bluff, les joueurs soulèvent leur gobelet une fois qu’un tour complet est effectué. Celui qui était le plus loin de la vérité doit alors se débarasser d’un dé. Si des variantes tactiques et des cas particuliers existent, la fin du jeu est toujours la même : le vainqueur de la partie est le dernier à qui il reste au moins un dé.

Version bleue

« C’est un très bon jeu pour l’apéro ou pour patienter entre amis à la mi-temps d’un match, explique au Parisien Olivier Delattre, développeur chez Asmodee, éditeur du perudo. C’est drôle, ça peut se jouer partout et c’est assez simple une fois que l’on s’y met ». Avec son ambiance bon enfant, il fait fureur, à tel point que la Fédération Française de Football a même sorti sa propre version du Perudo.

perudo

CIM Internet