Paris Match Belgique

Quand les légendes flinguent leurs anciennes équipes

maradona

Diego Maradona se fume un cigare, en toute impunité, lors du match Argentine-Islande le 16 juin dernier. | © AFP PHOTO / Juan Mabromata

Sport

Depuis le début de la Coupe du monde, on entend beaucoup d'anciens joueurs, devenus consultants ou simples supporters, critiquer à tout-va leurs anciennes sélections. Retour sur quelques faits d'armes.

Quand on est joueur de football professionnel, c'est bien connu, il faut faire face à de nombreuses critiques qui viennent de toutes parts. Il faut avoir la tête froide, ne pas écouter tous les nombreux détracteurs et se concentrer sur le jeu. Les anciennes gloires du ballond rond, qui ont toutes connu ça à un moment dans leurs carrières, s'en donnent maintenant à coeur joie et n'hésitent pas à dézinguer leurs anciennes sélections (ou d'autres équipes, pourquoi se priver ?), quitte à être très méchants.

Lire aussi > Neymar : Le Brésil trouve sa star du football casse-pieds

Le plus doué dans l'exercice est sans conteste l'Anglais Gary Lineker. À l'issue du match entre l'Uruguay et l'Égypte (1-0), il a ainsi déclaré : « Mohamed Salah a été meilleur que Luis Suarez dans ce match ». Petit rappel, Salah n'a tout simplement pas joué le match. À l'encontre de l'Espagnol Sergio Ramos, il écrivait récemment un « C’est un grand joueur, … mais c’est aussi un crétin de compétition ».

Gary Lineker, devenu « dézingueur » professionnel dans le milieu du football. © AFP / Anthony HARVEY

Cette affection particulière pour le défenseur ibérique rapproche Lineker de Diego Maradona. L’Argentin, a propos de Ramos, a lâché « Quand on parle de cracks, on dit 'Ramos est un crack'. Non, l’Uruguayen Godin est un crack, qui défend, qui dirige, qui marque, qui gagne, qui ne rate pas un match… Lui, c’est un crack… ».

Des critiques un rien aigries ...

Mais Maradona sait aussi s’en prendre à ses compatriotes. A propos de Kun Agüerro, l’attaquant argentin et accessoirement son ex-gendre, il a déclaré : « Agüerro ne peut pas tenir 90 minutes. Il faudrait l’échanger avec Higuaín pour que quelqu’un reprenne de la tête les centres et qu’ils ne soient pas tous renvoyés par la défense… ».

L’Allemand Lothar Matthäus est, lui aussi, spécialisé depuis longtemps dans la critique un rien aigrie par son incapacité à devenir un grand entraîneur. Cette fois, il a visé le milieu allemand Mezut Özil. « J’ai souvent l’impression qu’il ne se sent pas bien avec l’Allemagne, presque comme s’il n’avait pas envie de jouer, accuse l’ancien international. Je ne vois pas de cœur, pas de joie, pas de passion ».

Qui font désormais partie du foot

En France, le porte-flingue est entre les mains de Christophe Dugarry. Longtemps vilipendé quand il était joueur, le champion du monde est passé de victime à bourreau. « Je suis incapable de dire comment le trio Dembélé-Griezmann-Mbappé a joué aujourd’hui… » a-t-il ainsi tranché après France-Australie. Et concernant le pénalty concédé par Samuel Umtiti pour une main stupide, il a conclu : « On n’est pas en cadets… On est à la Coupe du monde ! ».

Lire aussi > En Égypte, les footballeurs coptes laissés sur le banc de touche

Ces critiques acerbes sont devenues monnaie courante dans le football et en font désormais partie. Comme un prolongement en dehors des stades d'un jeu fait de provocations et de petits coups bas. La petite phrase la plus célèbre reste la maxime introduite par Gary Lineker et devenue mythique. Après la défaite de l’Angleterre contre l’Allemagne en demi-finale de la Coupe du monde 1990, il déclarait : « Le football est un jeu simple ; 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et, à la fin, les Allemands gagnent toujours ».

CIM Internet