Paris Match Belgique

Son père kidnappé : l’enfer de John Obi Mikel pendant Nigeria-Argentine

John Obi Mikel

John Obi Mikel au début du match. | © AFP PHOTO / Ian KINGTON

Sport

Quelques heures seulement avant le match opposant le Nigeria à l’Argentine, John Obi Mikel a reçu un appel annonçant que son père avait été kidnappé. Pour ne pas déconcentrer son équipe, il a gardé le secret.

Comment a-t-il eu la force de jouer ? Dans le Guardian, John Obi Mikel, capitaine de l’équipe du Nigeria, a raconté que quelques heures avant le dernier match de poule contre l’Argentine, il avait reçu un appel annonçant l’enlèvement de son père. Le joueur a raconté n’avoir pas pu en parler autour de lui, principalement parce qu’il ne voulait pas déconcentrer ses coéquipiers et l’encadrement avant la partie. Michael Obi a été enlevé alors qu’il se trouvait dans le sud-est du Nigeria pour des funérailles.

Lire aussi > « This is Nigeria » : Après l’Amérique de Childish Gambino, un rappeur nigérian dépeint les problèmes de son pays

C’est donc sans nouvelle de son père que le capitaine nigérian a joué son match, finalement perdu 2 buts à 1. « J’ai joué alors que mon père était aux mains de bandits. J’ai dû oublier le traumatisme. J’ai appris seulement quatre heures avant ce qui venait de se passer. J’étais émotionnellement perdu et j’ai dû décider si j’étais mentalement prêt à jouer. J’étais confus. Je ne savais pas quoi faire mais je savais juste, au final, que je ne pouvais pas laisser tomber 180 millions de Nigérians. J’ai dû faire le vide dans ma tête pour représenter mon pays avant tout », a-t-il déclaré au Guardian.

Flou autour de sa libération

Sur la libération de son père, deux versions divergent. D’après l’AFP qui cite le porte-parole de la police, le capitaine de l’équipe éliminée au 1er tour en Russie payé 10 millions de nairas (environ 24 000 euros) de rançon avant la libération de son père. Les médias locaux, eux, affirment qu’aucun argent n’a été versé et que l’homme a été libéré grâce à l’action de la police. « Michael Obi, père du capitaine des Eagles, a recouvré sa liberté », a déclaré lundi soir le porte-parole de la police de l’Etat de l’Enugu, dans le sud-est du Nigeria, Ebere Amaraizu. Il a précisé que la victime n’avait pas subi de violences après son enlèvement jeudi dernier par six hommes armés à Enugu qui l’ont obligé à marcher cinq kilomètres à pied sous une forte pluie.

« Heureusement, mon père a été libéré lundi matin. Je remercie les autorités pour leur aide. Malheureusement, mon père est à l’hôpital pour un traitement d’urgence, après avoir été torturé durant sa captivité », a cependant déclaré John Obi Mikel, toujours dans le Guardian. Michael Obi avait déjà été kidnappé une première fois en 2011. Les enlèvements pour obtenir une rançon sont fréquents dans le sud du Nigeria.

CIM Internet