Paris Match Belgique

Pourquoi les Diables n’ont pas toujours été rouges

Les Diables resteront-ils "rouges" pour toujours ? | © BELGA PHOTO / BRUNO FAHY

Sport

Les Diables ont connu plusieurs couleurs et plusieurs surnoms depuis 1905, année de naissance (officielle) de notre équipe nationale.

Rouges, blancs, noirs, jaunes et même turquoise. Le maillot des Diables rouges a connu pas mal de palettes différentes. Mais pas seulement. Si on remonte un peu l’histoire de notre équipe nationale chérie, on peut s’apercevoir qu’elle a été affublée de différents surnoms et qu’elle n’a pas toujours été « rouge ».

Lire aussi > Mondial : Le traumatisme de 2002 hante encore les esprits

L’origine de « Diables rouges » remonte à il y a bien longtemps. Et plus précisément à l’année 1905, durant laquelle un comité de sélection est mis en place et marque l’année de naissance officielle d’une véritable équipe nationale de football. Nos joueurs revêtiront alors une tunique rouge pour disputer les rencontres face aux pays voisins.

Les Diables rouges (ou blanc ?) en 2000. © BELGA / MOSSAY GUY.

Un an plus tard, c’est après un match à Anvers contre les Néerlandais qu’apparaît pour la première fois l’appellation « Diables rouges ». Les Pays-Bas partent largement favoris mais les joueurs belges écrasent leurs adversaires du jour 5-0. Le rédacteur en chef de la Vie sportive (le journal officiel de la ligue belge de football), Pierre Walckiers, galvanisé par le match tonitruant de l’équipe au maillot rouge, écrit : « Les Hollandais étaient les grands favoris. Ce qui a suffi à insuffler le courage nécessaire à nos petits Diables rouges ».

Un surnom plein d’histoire

Il se dit que la vélocité et la rapidité de nos joueurs lui aurait rappelé un ingénieur et coureur automobile belge à succès, Camille Jenatzy, surnommé le « Red Devil » (Diable rouge en anglais) dans le milieu automobile.

L’équipe belge en 1976. © BELGA / HPT

Des Diables « blancs » dans le noir

Dans les années 70, les Diables rouges sont devenus le temps d’une décennie les Diables blancs. Raymond Goethals, l’entraîneur de l’époque, était extrêmement porté sur les petits détails. Il avait remarqué que pendant les matchs joués le soir, les maillots blancs se voyaient bien plus et permettaient aux joueurs de mieux s’identifier sur le terrain (l’éclairage étant trop faible à cette époque). C’est donc en blanc que la Belgique entama les éliminatoires de la Coupe du monde 1970. Les Diables rouges deviennent les « Diables Blancs », et ce pendant tout le mandat de Raymond Goethals.

Les Belges en 2000, en noir cette fois, lors d’un match amical face à la Norvège. © BELGA PHOTO / BENOIT DOPPAGNE 

Lire aussi > Le top 10 des révélations attendues au Mondial

En 2000, le maillot noir utilisé pour les matchs joués en extérieur donna le très bref surnom de « Diables Noirs », surnom qui est surtout celui de notre équipe nationale de rugby. Aujourd’hui, l’identité forte qui règne autour de l’équipe nationale et du nom Diables rouges paraît avoir scellé le surnom qu’on lui donne. À tout jamais ?

CIM Internet