Paris Match Belgique

Luka Modric : Le joueur FIFA de l’année menacé par la justice de son pays

modric mamic world cup joueur fifa de l'année

Personnage controversé dans son pays, Luka Modric est devenu hier soir celui qui a mis fin au règne sans partage de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. | © AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Sport

Le lauréat du prix de meilleur joueur FIFA, le génial Luka Modric, ne fait pas l’unanimité dans son pays, où il est accusé d’avoir menti devant les tribunaux et détourné des fonds.

Une partie des Croates n’aime pas Luka Modric. Même après que les « Vatreni », surnom donné à la sélection, aient obtenu une deuxième place historique (et renversante) en finale de Coupe du monde en juillet dernier. Et qu’une grande part du travail revienne à leur titanesque milieu de terrain, qui a fait une saison étincelante avec le Real Madrid, courronnée par une finale de Mondial et des trophées individuels à la pelle (meilleur joueur FIFA et UEFA, meilleur joueur du Mondial). Le mythique Ballon d’Or, décerné le 3 décembre prochain, semble tendre les bras à celui qui deviendrait le premier Croate à le remporter. Oui mais voilà, rien n’est jamais parfait dans le monde du football. Accusé de détournement de fonds et de parjure, c’est-à-dire d’avoir menti devant un juge, le joueur risque gros dans son pays. Même peut-être la prison. Sa faute ? Avoir changé son témoignage pour couvrir Zdravko Mamic, considéré comme l’homme le plus puissant du football croate et ancien président éxecutif du Dinamo Zagreb.

Lire aussi > La présidente croate, supportice déchaînée de son équipe, flirte aussi avec la corruption

Un malaise entre le peuple et le monde du foot

Lors du tournoi qui les a vu renverser tous les pronostics, les joueurs croates ont provoqué des scènes de liesse et de joie un peu partout dans le pays, comme dans la capitale Zagreb. Et pourtant. Derrière l’emballement populaire se nichent un malaise persistant et une haine contre plusieurs joueurs de la sélection, dont sa plus grande star.

Né en 1985, le Croate est forcé de quitter son village natal au début de la guerre pour l’indépendance de la Croatie. La famille Modric se réfugie alors à Zadar, où la future pièce maîtresse du Real Madrid se trouve un certain talent pour le ballond rond. C’est au NK Zadar que ses entraîneurs lui découvrent des capacités hors norme.

Du blanchiment d’argent pur et dur

À ses 16 ans, le jeune Modric découvre le Dinamo Zagreb. C’est dans les années qui suivent que l’histoire trouble entre Modric et Zdravko Mamic prend son origine. Mamic, alors agent du joueur et sentant le gros potentiel de son poulain, lui fait signer un accord l’obligeant à partager ses futures entrées d’argent. Lors du transfert de Modric à Tottenham en 2008 (21 millions d’euros), la moitié des indemnités de transfert file directement au joueur.

Luka Modric a fait les beaux jours du club de Tottenham de 2008 à 2012, avant d’être transferé au Real Madrid. © EPA / GEOFF CADDICK.

Selon l’enquête et les dires de Modric dans son premier témoignage, le milieu de terrain s’est ensuite rendu à maintes reprises dans une banque avec des proches de Mamic pour retirer des fonds et leur remettre du cash. Le même scénario s’est répété avec d’autres joueurs de Mamic, dont l’ancien attaquant d’Arsenal, Eduardo Da Silva, ainsi que Dejan Lovren, également sous le coup d’une peine de prison pour faux témoignage, comme le rapportait le quotidien L’Équipe la semaine dernière.

Lire aussi > Au Panama, le football jongle avec violence

Une volte-face de Modric

Mamic avait aussi intégré une annexe dans le contrat entre le Dinamo et Modric, spécifiant que le montant du transfert devait être partagé à 50-50 entre le club et le joueur. La justice a démontré par après que cette annexe fut seulement signée une fois le joueur vendu. Dans son interrogatoire en 2016, Modric avait confirmé les faits avant d’être victime d’une soudaine amnésie un an plus tard.

« Ça… ça je ne l’ai jamais dit… ça… ça a été modifié après coup », avait-il déclaré devant la cour. « Je vous dis que je ne me rappelle pas quand cela a été fait. Je parlais du contrat entre Mamić et moi pour le partage de l’indemnité. » Un brusque changement de posture qui a décrédibilisé le joueur aux yeux du public croate.

Modric lors de son audience le 13 juin 2017, à Osijek. © AFP PHOTO / STR.

Dans la même journée, des supporters du club de l’Hadjuk Split avaient chanté « Luka Modric, tu n’es qu’une petite m… ». Un message avait aussi été inscrit sur l’Hotel Iz à Zadar, où s’étaient réfugiés Modric et sa famille pour fuir la guerre, quand il avait six ans en 1991 : « Luka, tu te rappelleras de ce jour », pour souligner la perte de mémoire soudaine du joueur.

Un « parrain du football croate »

Zdravko Mamic a été condamné à six ans et demi de prison par contumace le 6 juin dernier. Le 14 du même mois, l’homme était arrêté en Bosnie où il se cachait, puis relâché car titulaire de la nationalité bosnienne. L’aura du « parrain du football croate » continue malgré tout de se ressentir, notamment autour de la présidente de la Croatie Kolinda Grabar-Kitarovic, qui lui a organisé plusieurs diners ou fêtes d’anniversaire par le passé et qui entretient des rapports étroits avec l’entourage de Mamic.

Zdravko Mamic, le 15 juin à Sarajevo, en Bosnie. © AFP PHOTO / ELVIS BARUKCIC

Un mélange douteux s’est installé entre le milieu du football et la classe politique croate, qui n’hésite pas à ériger les footballeurs comme « les meilleurs ambassadeurs du pays » et estime que chaque référence à ce procès n’est pas très patriotique.

Lire aussi > Rafael Márquez, la légende mexicaine liée aux cartels de la drogue 

Le génie croate, fort de ses trophées individuels et de la deuxième place de son pays à la Coupe du monde, peut-il se cacher derrière sa nouvelle stature et éviter de comparaître un jour devant les tribunaux ? Rien n’est moins sûr. Seule certitude au tableau, l’empreinte qu’aura laissé Luka Modric sur la saison écoulée et le football de ces dernières années. « Même si nous ne sommes pas champions du monde, Luka mérite le Ballon d’or. Il est le joueur le plus complet du monde. À mes yeux, Luka est le meilleur milieu au monde depuis cinq à dix ans », résume parfaitement Slaven Bilic, ancienne gloire du football croate.

CIM Internet