Paris Match Belgique

Même Rafael Nadal n’est pas fan de la combinaison de Serena Williams

Rafael Nadal à Roland-Garros, le 25 mai 2017. | © BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Sport

Contrairement à Nike et à l’ancien président de la FFT Jean Gachassin, le n°1 mondial Rafael Nadal a choisi de défendre la position (critiquée) de Roland-Garros.

La polémique n’arrête plus d’enfler. Alors que le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, vient d’annoncer de nouvelles règles vestimentaires pour le prochain tournoi de Roland-Garros, la combinaison controversée de Serena Williams continue d’opposer les pours et les contres.

Fais pas ci, fais pas ça

Interrogé sur la fameuse tenue « Black Panther » portée en mai dernier sur le court parisien par l’ancienne numéro un mondiale, Bernard Giudicelli a pris sa décision : « Cette tenue ne sera plus acceptée », a-t-il assuré. « Je crois qu’on est parfois allé trop loin (…) Il faut respecter le jeu et l’endroit », a-t-il ajouté, soulignant que de nouvelles règles vestimentaires allaient être mises en place pour le prochain tournoi français du Grand Chelem.

Lire aussi > Les joueuses de tennis sont trop payées, selon certains hommes

Une position sur laquelle s’aligne le matador Rafael Nadal. Interrogé sur le sujet à l’issue de sa qualification pour le deuxième tour de l’US Open, le numéro un mondial a estimé que « chaque tournoi a le droit de faire ce qu’il considère le mieux »« Quand vous avez un tournoi comme Wimbledon qui fait ce qu’il veut (les joueurs doivent s’y habiller en blanc, ndlr), vous ne pouvez pas dire à un autre tournoi qu’il doit faire autrement, c’est mon opinion », a poursuivi l’Espagnol onze fois vainqueur de Roland-Garros auprès de l’AFP.

Serena Williams à Roland-Garros, le 31 mai 2018. © Leon Tanguy/MAXPPP

« Il n’a pas à la juger, c’est malvenu »

Après avoir fait réagir la marque Nike, qui a aussitôt pris la défense de la tennis-woman, Roland-Garros a notamment fait bondir Jean Gachassin. Dans une interview accordée au Parisien, l’ex-président de la FFT a jugé sévèrement la réaction de son successeur face à la polémique : « Je la trouve indélicate. J’étais estomaqué et absolument pas d’accord. C’est une erreur », a-t-il déclaré. « Peut-être trouve-t-il que sa tenue n’est pas belle ou pas respectueuse de Roland Garros. Intéressons-nous plutôt au jeu et à la championne qu’est Serena. Peu importe sa tenue, qu’elle soit jaune, bleue ou verte. Il n’a pas à la juger. C’est malvenu. » Et de poursuivre : « Serena fait ce qu’elle veut. Bientôt, on n’acceptera plus que certains ou certaines se teignent les cheveux en blond. Ou que les joueurs crient à chaque point ? Où va-t-on ?! »

Lire aussi > Le terrible souvenir de Serena Williams à l’origine de la pire de ses défaites

Ajoutées aux réactions des internautes qui continuent de défendre « une tenue d’héroïne » et de dénoncer l’esprit « macho », « conservateur » et « mysogine » qui règne sur le court et dans les vestiaires, les déclarations de Jean Gachassin remuent un débat qui fait décidément couler beaucoup d’encre. Ceci alors que la principale concernée avait pourtant joué la carte de l’apaisement lors de l’US Open, déclarant que « les tournois du Grand Chelem ont le droit de faire ce qu’ils veulent ».

CIM Internet