Paris Match Belgique

Que retenir du séisme qui frappe le football professionnel belge ?

Westerlo, qui évolue actuellement en division 1B, a porté plainte en 2017 contre l'agent de joueurs Mogi Bayat, pour fraude à la compétition | © BELGA PHOTO YORICK JANSENS

Sport

Mogi Bayat, l’un des principaux agents de joueurs de football en Belgique, l’ancien manager d’Anderlecht Herman Van Holsbeek, l’actuel entraîneur du club de Bruges Ivan Leko et de deux arbitres belges de premier plan, Bart Vertenten et Sébastien Delferrière ont été interpellés.

 

C’est une véritable bombe qui a explosé dans le milieu du football belge… Des perquisitions ont été menées ce mercredi matin dans plusieurs clubs, au domicile de responsables, des agents de joueurs, des arbitres, d’un ancien avocat (Me Laurent Denis), chez un entraineur, chez des journalistes (Niewsblad et Het Laatste Nieuws) !

Ces descentes ont été réalisées en Belgique et à l’étranger dans le cadre d’une vaste enquête du parquet fédéral qui cible de possibles faits d’organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption privée de la division 1A de football.

Au total, ce sont quarante-quatre perquisitions qui ont été menées chez nous, par le juge d’instruction du Limbourg. Treize perquisitions ont également été menées à l’étranger, notamment en France, au Luxembourg, à Chypre, au Monténégro, en Serbie et en Macédoine. Des perquisitions opérées par la police judiciaire fédérale du Limbourg, avec le soutien des polices judiciaires fédérales d’Anvers, de Louvain, du Brabant wallon, Bruxelles, d’Hal-Vilvorde, de Flandre orientale, de Flandre occidentale, de Mons et de Liège.

BELGA PHOTO BRUNO FAHY
Ivan Leko, le coach du FC Bruges perquisitionné à son domicile et emmené pour interrogatoire.

L’enquête fédérale a débuté à la fin de 2017, à la suite d’un rapport de l’Unité des fraudes sportives de la police fédérale. « Elle mettait au jour des indications de transactions financières suspectes dans la division 1A de football. Certains agents de joueurs, indépendamment les uns des autres, auraient mis en place ces transactions. Elles dissimulaient, aux autorités belges et aux autres parties impliquées, des commissions. Des commissions qui portaient sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs ainsi que d’autres paiements », détaille le parquet.

Des indications d’influence possible sur les matchs de 2017-2018

Beaucoup de personnes ont été touchées par l’enquête : des responsables de clubs, des agents de joueurs, des arbitres, un ancien avocat, un bureau comptable, un entraineur, des journalistes et quelques complices éventuels.

Le parquet fédéral précise qu' »un grand nombre de personnes ont été privées de leur liberté et emmenées pour une audition approfondie« . Pami les clubs à avoir été visés, citons : Anderlecht, Bruges, Courtrai, Genk, Ostende. A l’inverse, Mouscron, Charleroi et Eupen ont indiqué ne pas avoir reçu la visite d’enquêteurs. Le journal L’Echo parle, de son côté, de 10 clubs sur 16 de l’élite.

Selon De Standaard, l’enquête « cible principalement les agents de joueurs Mogi Bayat et Dejan Veljkovic ainsi que les différents clubs avec lesquels ils font affaire« .

Le juge d’instruction décidera ultérieurement d’une éventuelle mise à disposition ou arrestation des personnes interpellées. Selon des infos de la DH, Mogi Bayat vient de faire appel à l’avocat Jean-Philippe Mayence. Ce dernier confirme qu’il compte assurer la défense du célèbre agent.

On apprenait aussi que le club de D1B, Westerlo, avait déposé plainte en 2017 justement contre Mogi Bayat pour des faits de corruption de match durant la rencontre Courtrai-Mouscron dont le résultat final avait propulsé Westerlo en 2e division. Le site Het Laatste Nieuws explique que plusieurs joueurs de Courtrai et de Mouscron faisaient alors partie du portefeuille de Mogi Bayat.

L’Union belge veut agir en toute transparence

L’Union belge de football (URBSFA) a indiqué, à la suite de toutes ces perquisitions, qu’elle était prête à « apporter sa contribution en toute transparence » à l’enquête .

« L’URBSFA a pris connaissance de l’enquête judiciaire, qui a été dévoilée ce mercredi 10 octobre et qui concerne différents acteurs du football belge », a expliqué l’institution. « Si la Fédération Belge de Football est amenée à apporter sa contribution à la dite enquête, elle le fera bien évidemment en toute transparence. L’URBSFA ne fera, à ce stade et par respect pour la procédure en cours, aucun autre commentaire à cet égard« .

CIM Internet