Lewis Hamilton, éclectique quintuple champion du monde

Lewis Hamilton, éclectique quintuple champion du monde

lewis hamilton

Lewis Hamilton, superstar. | © EPA / MARCELO SAYAO.

Sport

Le Britannique, qui a remporté hier son cinquième titre de champion du monde de Formule 1, est un homme pressé.

Crédité sur le dernier album de la chanteuse Christina Aguilera, créateur de vêtements pour la marque Tommy Hilfiger et désormais quintuple champion du monde de F1 : Lewis Hamilton dénote sur les paddocks par l’éclectisme qu’il cultive.

Lire aussi > Lewis Hamilton et sa « masculinité toxique »

Plus qu’un simple pilote

Souvent qualifié de « pop star », le Britannique de 33 ans a égalé dimanche au Grand Prix du Mexique les cinq titres mondiaux de l’Argentin Juan Manuel Fangio. Seul l’Allemand Michael Schumacher, avec sept sacres, a fait mieux.

La conquête de cette nouvelle couronne, la quatrième avec Mercedes depuis 2014, a été marquée par ses incursions dans la musique et la mode. Même si des médias redoutent qu’elles lui nuisent, lui y voit une des clés de son succès.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

More of the #TOMMYXLEWIS released! Get ready to shop September 1st. @LewisHamilton #IconsOfTomorrow

Une publication partagée par Tommy Hilfiger (@tommyhilfiger) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

What inspires your creativity? Let me know in the comments 🔴 #TOMMYXLEWIS #Comingsoon

Une publication partagée par Lewis Hamilton (@lewishamilton) le


« Entretenir ma créativité me stimule, a plaidé Hamilton lors du GP de Russie. Il est sain de découvrir d’autres choses pour lesquelles vous êtes doué et de pouvoir puiser dedans. Dans mon temps libre, j’essaye d’explorer car tant que vous apprenez, vous stimulez votre esprit. »

Un homme à contre-courant

« J’ai toujours été ainsi », assure-t-il, diamant au nez et chaînes en or au cou, évoquant les noms et logos d’artistes hip-hop qu’il dessinait sur les murs de sa chambre à 11 ou 12 ans et la guitare dont il jouait.

« Mais je n’osais pas aller plus loin parce que, pour mon père, il n’y avait rien d’autre que la course », se souvient le fils de parents séparés.

C’est son père qui l’a initié au sport automobile et a financé sa jeune carrière en cumulant plusieurs emplois, avant que McLaren, l’écurie avec laquelle l’Anglais a fait ses débuts en 2007 et conquis son premier titre en 2008, ne prenne le relais pendant son adolescence.

« J’ai toujours été quelqu’un qui va à contre-courant, assure le célibataire, pas pressé de s’installer. Les gens qui pensent que je dois être d’une certaine façon, me tenir et m’exprimer d’une certaine façon m’ont toujours contrarié. »

Apparu dans le jeu vidéo « Call of Duty » et les blockbusters Cars 3 et Zoolander 2, Hamilton aura fait ses débuts dans la musique cette année en collaborant à la chanson « Pipe » de Christina Aguilera. Entre deux GP, il a aussi multiplié les soirées de promotion de sa collection pour Tommy Hilfiger.

Le créateur américain le lui a bien rendu dimanche en venant saluer la star : « une ‘fashion icon' », lui a-t-il lancé en conférence de presse après le titre du Britannique. Juste avant, c’est tout simplement l’acteur Will Smith « himself » qui avait adressé ses félicitations par radio au pilote Mercedes lorsque celui-ci a franchi la ligne.

Lire aussi > Les 10 sportifs les mieux payés de la planète en 2018

« Pour ce qui est de la mode, je m’inspire de créateurs que j’apprécie, poursuit-il. Mais comprendre les tendances n’est vraiment pas simple. Mes premiers pas ont été couronnés de succès. Comment construire là-dessus ? Faire toutes ces choses en essayant d’être le meilleur pilote de F1, c’est tellement dur ! « , lâche-t-il dans un éclat de rire qui ne cache pas son ambition, et sa confiance en ses capacités.

Avec Belga 

CIM Internet