5 bonnes raisons de regarder les Diables rouges jeudi soir face à la Russie

5 bonnes raisons de regarder les Diables rouges jeudi soir face à la Russie

diables rouges

Quatre mois qu'ils n'ont plus montré le bout de leurs godasses. Le temps commençait à être long... | © BELGA PHOTO / VIRGINIE LEFOUR.

Sport

Cette semaine, notre équipe nationale de football entame sa campagne de qualification pour l’Euro 2020, qui se déroulera dans 12 villes européennes. La phase qualificative s’étend de ce mois de mars au mois de novembre 2019. La Belgique est versée dans le groupe I pour ces éliminatoires. 

 

Par Laurent Depré

Jeudi soir, les Diables rouges se produiront pour la première fois de l’année devant leurs fervents supporters. Les hommes de Roberto Martinez donneront le coup d’envoi de leur campagne de qualification et disposeront de dix matches pour terminer premiers de leur groupe et ainsi décrocher un ticket direct pour l’Euro 2020. En tous cas, s’il y a une rencontre à ne pas rater, c’est probablement celle-là. On vous explique pourquoi.

Le manque

On ne sait pas pour vous mais ils nous ont manqué les Diables… Quatre mois qu’ils n’ont plus montré le bout de leurs godasses. Le temps commençait à être long malgré le fait qu’on s’était quitté un peu fâché après l’élimination des Belges de la Ligue des Nations en novembre dernier. En même temps, quelle année 2018 avec cette demie-finale maudite contre la France et une troisième place sur le toit du monde du football ! Nous nous sommes pris des ascenseurs émotionnels à la ‘queue leu leu’ durant l’escapade russe. Rien que l’évocation du Japon nous hérisse les poils des avants-bras. On a vraiment hâte de les revoir bosser, nos petits gars, et de s’affubler de nos drapeaux, écharpes, perruques, serre-poignet pour l’occasion. Waar is de feestje ?

La revanche

En novembre 2018, les Diables avaient été sèchement battus en Suisse (5-2). © BELGA PHOTO / DIRK WAEM.

Les supporters ont probalement envie de passer très vite à autre chose après la défaite 5-2 concédée en Suisse à Lucerne… Malgré cela, la manière avait vraiment énervée. Alors qu’ils menaient tranquillement 0-2 , les Diables ont abandonné le match aux Suisses qui nous en ont planté trois en l’espace de dix-huit minutes de jeu. Un relâchement coupable relié, peut-être, a un manque d’envie et d’ambition pour remporter cette flambant neuve Ligue des Nations. Il faut remonter à loin pour retrouver dans l’histoire récente des Diables une telle claque sur le terrain. Simple accident dans un parcours impressionnant entamé en 2012 par cette génération dorée ? Sans doute. Il ne faudrait pas que la belle histoire d’amour entre les Diables et leur public termine en eau de boudin. Les Diables doivent entamer cette nouvelle compétition pied au plancher et par une victoire.

Le seul véritable match (un peu) incertain

Ne soyons pas d’une arrogance toute française, mais il faut être honnête, à part la Russie, il n’y a rien dans ce groupe… Outre les Russes, la Belgique se mesurera à l’Ecosse, à Chypre, au Kazakhstan et à Saint-Marin. Rien de très excitant et pas mal d’ennuis en perspective. Beaucoup de buts ? On verra… La question est donc de savoir où nous en sommes mais surtout où en est la Russie ? Après avoir sportivement réussi leur Mondial (Ndlr: élimination en quarts face à la Croatie future finaliste), en tant que pays hôte, les Russes n’ont été ni bons ni mauvais en Ligue des Nations puisqu’ils se maintiennent en Ligue B. Pour le reste, la groupe n’a pas changé de cadres et ses stars sont toujours Denis Cheryshev et Aleksandr Golovine. Seul le gardien Igor Akinfeïev a tiré sa révérence depuis l’été dernier. Pour le reste ? La Russie reste une équipe ‘chiante » à jouer, très bien organisée, sérieuse et potentiellement dangereuse sur phase arrêtée… De quoi faire trembler les Diables ? Pas vraiment… Mais, ce seront les seuls adversaires de taille jusqu’au mois de novembre.

Lire aussi > Meilleures que les hommes, mais moins payées : les footballeuses américaines attaquent leur fédération

Une équipe inédite

Dries Mertens est de la partie ! © BELGA PHOTO / DIRK WAEM.

Dembélé, De Bruyne, Kompany, Wistel, Meunier, Fellaini, Lukaku… Le début de la composition d’équipe de tonton Roberto? Non, c’est la liste des absents jeudi soir ! Fellaini a stoppé sa carrière chez les Diables, tous les autres sont blessés. Le coach fédéral devra donc composer avec ce paramètre pour aligner un onze de base qui pourrait contenir l’une ou l’autre surprise. L’occasion est donc belle de voir à l’oeuvre des Diables qui sont plutôt sur le banc habituellement ou n’ont droit qu’à quelques minutes de temps de jeu. Trossard, Vanaken, Dendoncker, Batshuayi pourraient avoir une très belle carte à jouer. Ce sera intéressant de voir cette équipe tout donner pour obtenir une première victoire.

L’adieu au stade… pour mieux y revenir !

A quoi ressemblera le stade Roi Baudouin à l’avenir ? © BELGA PHOTO / BRUNO FAHY

La confirmation est tombée via l’agence Belga mardi après-midi. Le stade Roi Baudouin va (enfin) recevoir un coup de lifting. Vu son âge, on espère que ce ne sera pas une catastrophe… Ce sera donc l’une des dernières fois que l’on se rendra au stade pour applaudir l’équipe nationale dans ce bon vieux Roi Baudouin rafistolé tel quel fin des années 90.

Le stade restera donc bel et bien l’antre des Diables Rouges. La piste d’athlétisme, inhérente à la tenue du Mémorial Van Damme, sera aussi conservée. Pas de changement spectaculaire en perspective ? L’avenir le dire. L’épineux dossier du Stade national est en tout cas relancé après plusieurs mois au point mort. L’Eurostadium, projet qui devait ériger un nouvel écrin sur le site du parking C du plateau du Heysel, a été abandonné en janvier 2018.

CIM Internet