Tiger Woods, Michael Jordan, Pete Sampras : Voici l’histoire de 3 incroyables come-back sportifs

Tiger Woods, Michael Jordan, Pete Sampras : Voici l’histoire de 3 incroyables come-back sportifs

tiger woods

Trois stars qui ont effectué à leur niveau un impressionnant come-back pour remporter de nouveaux titres ! | © Belga / EPA

Sport

On les disait finis… On les avait presque oubliés… Ils sont revenus par la grande porte et ont une fois de plus forcé l’admiration de tous. Ces grands sportifs ont trouvés en eux la force nécessaire pour effectuer un retour tonitruant. 

 

Par L.Dp

Sur les clichés les plus récents, il paraît ses 43 ans… Dégarni, le visage cerclé de quelques rides et un rien bouffi, Tiger Woods est néanmoins de retour pour signer un superbe exploit à son âge. Il a remporté le week-end dernier le Masters 2019 (Ndlr: un des quatre tournois annuels du Grand Chelem dans le golf professionnel masculin mondial). Comme le rapelle la DH, Tiger Woods n’a jamais laissé indifférent. Personnage complexe, il a été le premier champion ‘métissé’ des greens toujours sous la coupe d’un père ambitieux. Le golf étant aux États-Unis majoritairement pratiqué par des blancs.

Entre 1996 et 2008, il domine outrageusement son sport, empochant au passage 14 titres du Grand Chelem. Le magazine économique Forbes estime à 1,5 milliard de dollars le total de ses gains depuis ses débuts pros. Il aurait pû s’arrêter là…

Après sa descente aux enfers sur fond d’adultère, de séparation houleuse, de gros pépins physiques au dos avec de multiples opérations, d’arrestations par la police et de mélange de médicaments, Tiger Woods est revenu sur la pointe des pieds, il y a deux ans, sur le circuit professionnel. Beaucoup riaient sous cape, peu le respectaient encore. Du moins sportivement. En novembre 2009, dans l’oeil du cyclone, il avait décidé de faire une pause pour une durée indéterminée pour « remettre de l’ordre dans sa vie« .

Grandeur, décadence, renaissance…

Tiger Woods en action en Australie. © EPA / PAUL MILLER.

Il est de retour et fait à nouveau peur à ses principaux concurrents. Il ne va plus s’installer pour dix ans à la tête du golf mondial. Non, mais il choisira avec la plus grande précision et minutie les tournois auxquels il participera et sur lesquels il pourra encore rugir. Si son dos le laisse tranquille… Que de chemin parcouru en tout cas depuis août 1996 lorsqu’il devient professionnel à 20 ans et termine sa première saison avec deux titres PGA et le trophée de « rookie de l’année ». Une histoire comme les USA en raffolent. D’ailleurs, le président Donald Trump, grand amateur de golf, a annoncé lundi son intention de décorer Tiger Woods pour son incroyable come-back.

Lire aussi > Les stars américaines acclament Tiger Woods sur Twitter après sa victoire au Masters d’Augusta

Sampras et le duel de vieux

En 2002, Sampras remporte son dernier Grand Chelem. ©PHOTO AFP / TIMOTHY A. CLARY.

Nous sommes en septembre 2002 à New York. Un an auparavant, les tours jumelles s’effondraient touchées de plein fouet par le terrorisme d’Al-Quaeda. Depuis deux ans, le tennisman américain Pete Sampras se cherche. Il n’arrive plus à compléter un palmarès impressionnant composé de treize tournois de Grand Chelem. Depuis août 2000, et sa dernière victoire à Wimbledon, plus rien… Trente et un tournoi de disette, un mariage, l’arrivée d’un bébé, des coachs virés… Pour bon nombre, l’homme au tennis offensif, est repu et n’accrochera plus jamais un nouveau Grand Chelem à son palmarès. Il fait presque déjà partie du passé malgré sa présence sur les tournois ATP. En a-t-il seulement encore l’envie et la force  ?

Wimbledon 2002. C’est le scénario catastrophe. Sampras est éjecté du tournoi sur gazon au second tour par le 147e mondial… Comme il le confessera lui-même, « j’étais vidé après cette traumatisante défaite« . Il décide alors de rappeller Paul Annacone, vieux complice dont il s’était séparé fin 2001. Deux mois plus tard, il affronte André Agassi en finale à l’US Open. Ils ont respectivement 32 et 31 ans. Une finale époustoufflante pour deux rivaux dont la carrière a été jalonnée de nombreuses et inoubliables confrontations. Sur la route du Kid de Las Vegas, il élimine tour à tour Portas, Pless, Rusedski, Haas, Roddick et Schalken.

Pour Pistol Pete, le gain de son 14e Grand Chelem se dessine en quatre sets : 6/3, 6/4, 5/7, 6/4. Pourtant, Sampras n’était pas au top de sa forme avec des résultats médiocres à Roland Garros et à Londres quelques semaines avant. La tournée d’adieu de Pete Sampras tournait vraiment à la catastrophe. Et pourtant, il retrouve son meilleur tennis au bon moment à Flushing Meadows. « Pour moi, le problème était davantage mental qu’au niveau du jeu » expliquait à l’époque le natif de Washington.

Sampras n’aura qu’un seul regret, ne jamais avoir soulevé de trophée porte d’Auteuil… Mais quelle carrière et quel come-back après 26 mois de chute libre…

Lire aussi > L’équipe de football du Venezuela joue avec des maillots venant de Decathlon

Le chagrin avant le retour gagnant

Un des fameux Slam Dunk de Air Jordan. © EPA.

Il a tout remporté avec son club et son équipe nationale… C’est une star internationale qui a empoché des millions de dollars. Un géant de l’équipement sportif lui a dédié une paire de basket qui s’arrachera comme des petits pains. Il a même été le rôle principal d’un film d’animation ! De quoi a-t-il besoin en plus après 10 ans de carrière fructueuse ?

Michael Jordan annonce pourtant le 18 mars 1995, via un fax envoyé aux agences de presse, « I’m back« . Air Jordan revient donc chez les Bulls pour y signer trois titres de champions de NBA supplémentaires (1996, 1997, 1998) après ceux déjà remportés en 1991, 1992, 1993 avec son club. Entre ces deux périodes ? Le défenseur de Chicago mondialement connu pour ses slam dunks a mis un terme à sa carrière. Lui qui avait débuté avec Chicago en 1984. En 1993, il a 30 ans. Il est physiquement épuisé et l’assassinat de son père sur une aire d’autoroute par deux jeunes le mettra au plus bas. Il n’a plus le feu.

Mais il ne reste pas inactif pour autant, lui qui se mue alors en joueur de baseball. Lors de son retour en NBA face à l’équipe d’Indiana, ce sont quelques 35 millions d’Américains qui sont postés en mars 1995 devant leur écran de télévision pour assister au retour de Jordan. Un come-back réussi avec, en plus des trois titres de son club, de nombreuses récompenses individuelles comme celle de MVP (Ndlr: Most Valuable Player, qui récompense chaque année le meilleur joueur de la saison régulière) en 1998.

À contrario, on peut citer toute une série de come-back qui se solderont par des cuisants échecs. Citons, entre autres, Mohamed Ali, Michael Schumacher, Laure Manaudou, Ian Thorpe, Martina Hingis ou encore Björn Borg.

CIM Internet