Paris Match Belgique

Footgate : le FC Malines en enfer, le Standard au paradis

En mars 2018, malgré la tentative de corruption et la victoire face à Waasland-Beveren, le FC Malines était rétrogradé en D1B. Malgré leur titre de champion un an plus tard, ils y resteront. | © BELGA PHOTO JASPER JACOBS.

Sport

Dans le cadre du dossier de tentatives de corruption en D1A à la fin de la saison 2017-2018, l’Union belge de football a rendu un premier verdict. Le KaVé perd tout après une saison sportive exceptionnelle… Waasland-Beveren a eu très chaud mais s’en sort. De nombreux pourvois en appel sont attendus.

 

Par L.Dp

Petit coup d’oeil dans le rétroviseur. Octobre 2018, un gros scandale vient éclabousser le monde du football belge professionnel de haut niveau. Une vague de perquisitions menées par la police judiciaire fédérale se déroule. Depuis plusieurs mois, le parquet fédéral enquêtait sur des faits qualifiés d’organisation criminelle, blanchiment et corruption privée.

De quels faits « sportifs » parle-t-on exactement dans la décision de l’Union belge ? En mars 2018, à la fin du championnat classique, Malines reçoit Waasland-Beveren (2-0). Cette victoire ne sert à rien puisque Malines est relégué directement en D1B. L’agent de joueur, Dejan Velkovic, aurait néanmoins approché des membres de la direction de Waasland-Beveren afin des les corrompre pour que leur équipe laisse gagner Malines. Une semaine auparavant, la rencontre Antwerp-Eupen (2-0) apparaît comme suspecte également. Là, c’est un penalty généreusement accordé par l’arbitre aux Anversois qui pose question. Il apparaît que Velkovic, mandaté par la direction de Malines, aurait approché l’arbitre afin qu’il prenne des décisions sur le terrain en faveur de… Malines. Car Eupen est un concurrent direct dans la lutte pour le maintien en D1A.

Malines sanctionné perd tout le bénéfice d’une saison exceptionnelle

Le verdict est donc tombé samedi dernier dans le dossier de fraude dans le milieu du football belge. Le FC Malines, pourtant champion de D1B et vainqueur de la Coupe de Belgique, ne pourra pas jouer en D1A la saison prochaine a annoncé l’Union belge de football (URBSFA). Le ‘Kavé’ évoluera en Proximus League (D1B) la saison prochaine, avec un handicap de 12 points à diviser sur les deux périodes du championnat. Le club est aussi privé de Coupe de Belgique pendant une saison. Sans oublier que les Malinois avaient décroché leur ticket pour les poules de l’Europa League. Là aussi, ils peuvent faire une croix dessus. L’UEFA va fermer les portes de la compétition.

Tout cela a une large influence sur bon nombre de clubs qui n’ont pourtant rien à voir de près ou de loin avec le dossier fraude. Le point club par club….

 

Avec le Beerschot, les Rouches sont les grands gagnants de la décision de l’Union belge de football.©BELGA PHOTO BRUNO FAHY

Waasland-SK Beveren: le club n’a pas reçu de sanction disciplinaire de la Commission des Litiges d’Appel pour le Football Professionnel. Le club reste donc en D1A et est blanchi. Mais, la fédération condamne deux de ses administrateurs pour ne pas avoir satisfait au devoir d’information. Il y a donc, dans ce dossier, un corrupteur mais de corrompu… Le président du club Dirk Huyck, au courant de la tentative de corruption, a plaidé la méconnaissance du règlement qui impose pourtant que toute tentative de corruption doit obligatoirement être remontée à l’Union belge. Ce qui n’a jamais été fait…

Beerschot-Wilrijk : Malines non promu, les Anversois peuvent faire la fête car ils joueront en D1A la saison prochaine. En mars dernier, ils avaient perdus la finale de D1B contre Malines pour accéder à l’élite.

Lokeren: Le club, rétrogradé en D1B à la fin de la saison classique 2018-2019 espérait la condamnation de Waasland-Beveren afin de se maintenir en D1A. Ils n’ont pas cette « chance »…

Standard: les Liégeois sont indirectement comblés ! Via cette sanction contre Malines, c’est le Standard bon troisième du championnat défunt, qui s’octroit un ticket direct pour la phase de poules de la C2 sans passer par un tour préliminaire. Le club fait d’office une plus-value de quelques 3 millions d’euros grâce à cela sans jouer un seul match.

Antwerp et Gand: ces deux clubs gagnent un tour qualificatif en Europa League et augmentent donc leurs chances d’y participer en septembre prochain.

Tubize: les Brabançons espéraient que Malines soit rétrogradé de deux niveaux. Cela aurait signifié leur sauvetage eux qui ont terminé dernier de la D1B et qui doivent évoluer la saison prochaine au niveau amateurs (D1).

Lire aussi >Football féminin : Le clip génial de la fédération allemande pour tacler les préjugés sexistes

Des appels à la pelle…

Plusieus clubs ont immédiatement exprimé leur intention de se pourvoir en appel de ces décisions. C’est le cas du tout premier concerné, le FC Malines. « Nous ne comprenons pas cette décision, nous sommes innocents. Nous allons maintenant étudier le dossier, nous envisageons de faire appel« . Ce sera probablement aussi le cas de Lokeren pour qui la non-condamnation de Beveren passe mal. « Que deux dirigeants du club soient punis mais que le blâme ne soit pas appliqué au club est incompréhensible », a déclaré à Belga Walter Van Steenbrugge, l’avocat de Lokeren.

Enfin, Tubize n’a sans doute pas dit son dernier mot non plus. « Vous avez un meutre mais pas de cadavre » s’est exclamé Josselin Croisé, le directeur générale de Tubize. « Malines a triché mais seul…. ». Des appels qui, cette fois, devront être fait devant le CBAS (Cour belge d’arbitrage pour le sport). Elle entend trancher les litiges en matière sportive. La CBAS se prononce dans un bref délai et ses décisions sont définitives.

Et bien entendu, tout cela est en-dehors de ce que la justice civile et le parquet fédéral mènent comme enquête depuis des mois (lire ci-dessu) et qui débouchera aussi sur un procès.

Avec Belga.

CIM Internet