Paris Match Belgique

Roland-Garros : En demi-finale, les femmes exclues du court des grands

roland-garros

Les demies-finales dames se joueront sur d'autres courts que le Central. | © Philippe LOPEZ / AFP

Sport

En raison de la météo capricieuse, les demi-finales dames ont été reportées à vendredi et se joueront sur d’autres courts que le Central. Une décision qui a profondément outré l’ex-championne de tennis Amélie Mauresmo.

La pluie aura décidément bousculé le déroulement de cette 118e édition de Roland-Garros. Capricieuse depuis plusieurs jours, la météo a finalement contraint les organisateurs du tournoi parisien à reprogrammer les demi-finales dames. Reportées à vendredi – journée elle habituellement dédiée à celles du tableau masculin – les demies-finales dames se joueront sur d’autres courts que le Central. Une décision qui a profondément outré l’ex-championne de tennis Amélie Mauresmo.

Timing et précipitations

« La programmation des demi-finales féminines à Roland-Garros est une honte pour notre tournoi ! », a lancé l’ancienne joueuse française sur Twitter. Si la tradition aurait préféré que les femmes jouent leurs demies jeudi (hier) sur le court Philippe-Chatrier, la pluie en a décidé autrement. Ce vendredi, dès onze heures, les quatre demi-finalistes (Ashleigh Barty, Amanda Anisimova, Johanna Konta et Marketa Vondrousova) entreront simultanément sur les courts Suzanne-Lenglen et Simonne-Mathieu.

Lire aussi > Roland-Garros : Un an après l’injuste polémique sexiste, Serena Williams décoche un puissant message avec sa nouvelle tenue

« Quel message envoyons-nous en prenant la décision de mettre les deux demi-finales femmes à 11h sur les courts 2 et 3 du stade ? » a poursuivi Mauresmo. « C’était pourtant simple d’ouvrir le Lenglen en plus du Chatrier et de faire les deux matchs de femmes à 13h suivi des deux matchs d’hommes ! Et rembourser si nécessaire ceux qui ne voulaient plus de leurs billets… » Qualifiée « d’injuste » et « d’inappropriée » par l’association des joueuses de tennis (WTA), la décision a été justifiée par la volonté de Roland-Garros que les futures finalistes, dont le match est prévu samedi, disposent d’un temps de repos équivalent. Sans compter une météo qui s’annonce de nouveau « difficile » ce vendredi.

La cour des grands

« Nous sommes extrêmement déçus de la programmation des deux demi-finales dames sur d’autres courts que le Central. Cette décision est injuste et inappropriée », a dénoncé le patron de la WTA Steve Simon dans un communiqué rapporté par l’AFP. De leur côté, les hommes disputeront leurs demies l’une à la suite de l’autre sur le Central, à partir de 12h50 : d’abord celle entre Roger Federer et Rafael Nadal, suivie de celle entre Novak Djokovic et Dominic Thiem. Or, poursuit Steve Simon, « les quatre joueuses qui (…) sont arrivées aussi loin ont mérité de jouer sur le plus grand court. Nous pensons qu’il y avait d’autres solutions possibles, à la fois pour le bien des spectateurs et de tous les joueurs ».

Lire aussi > Combien gagnent les vainqueurs de Roland-Garros ?

Si cette programmation exceptionnelle continue d’en offusquer plus d’un, les principales concernées ne semblent pas y accorder plus d’importance. Interrogées par l’AFP, l’Américaine Amanda Anisimova et l’Australienne Ashleigh Barty – qui disputeront leur toute première demi-finale en Grand Chelem – se disent ravies de jouer, peu importe sur quel court. « Ce n’est pas vraiment grave. Quel que soit le court sur lequel ils me font jouer, je serai heureuse. Ce sont tous des courts incroyables », a déclaré la jeune joueuse de 17 ans. « Evidemment, on aurait adoré jouer sur le Chatrier. Mais personnellement, je suis excitée d’être en demi-finales, peu importe sur quel court je joue, je serai prête », a affirmé son adversaire.

roland-garros
Philippe LOPEZ / AFP

Solution idéale

En réponse à la polémique, le directeur du tournoi Guy Forget a estimé : « si j’étais une joueuse aujourd’hui, je préfèrerais jouer sur un court plus petit, en sachant que j’aurai assez de temps pour récupérer, au moins autant que mon adversaire, parce qu’une finale, c’est pour ça que je joue. L’intention n’est évidemment pas du tout de rabaisser les joueuses, mais de les voir dans la meilleure forme physique possible », a-t-il assuré tout en admettant qu’il n’y a « pas de solution idéale ».

CIM Internet