Paris Match Belgique

13-0 et adversaires en larmes… La victoire des Américaines fait parler

football

Les joueuses américaines ont remporté leur match 13 à 0. | © Lionel BONAVENTURE / AFP

Sport

L’équipe américaine a remporté mardi son premier match de la Coupe du monde 2019 face à la Thaïlande sur le score de 13 buts à 0. Une victoire qui s’est terminée par les larmes des Thaïlandaises et qui fait aujourd’hui parler.

Les joueuses américaines en ont-elles trop fait mardi soir face à la Thaïlande ? Favorite de la Coupe du monde féminine de football, l’équipe des USA a atomisé son adversaire du jour en remportant le match 13 à 0. Le plus large succès d’une sélection dans l’histoire de la compétition, hommes et femmes confondus. Mais au lendemain de ce résultat exceptionnel, l’attitude des Américaines fait parler. En cause ? Le fait qu’elles aient célébré tous leurs buts alors que les Thaïlandaises ont terminé le match en larmes.

Clare Rustad et Kaylyn Kyle, anciennes joueuses de l’équipe canadienne et désormais chroniqueuses sur la chaîne TSN ont regretté le manque de fair-play des gagnantes. « Je crois juste qu’elles auraient pu gagner avec humilité et grâce, et elles n’ont même pas réussi à faire ça. Célébrer buts après buts, jusqu’à la fin du match était complètement inutile », a réagi Clare Rustad. « C’est quoi ça ? Elles sont la première équipe du monde. Et, je le dis, je suis dégoûtée. Vous jouez contre une équipe qui participe pour la première fois à la Coupe du monde (en réalité, les Thaïlandaises ont joué leur première Coupe du monde en 2015, ndlr). Elles sont simplement heureuses d’être là. Ca m’embarrasse. J’ai été une athlète professionnelle. Il y a des enfants qui regardent », a ajouté Kaylyn Kyle. Taylor Twellman, ancien joueur de l’équipe américaine, s’est lui aussi montré sévère. Sur Twitter, il a lancé : « Il n’y a aucun problème à marquer des buts, c’est LE tournoi. Mais célébrer ainsi les buts me laisse un goût amer en bouche, comme à beaucoup d’entre vous. Je suis curieux de voir s’il va y avoir des excuses après le match ».

« Imaginez être à leur place »

Des « excuses », les joueuses américaines n’ont absolument pas l’intention d’en faire. Jill Ellis, sélectionneuse des Américaines, a expliqué que pour respecter les Thaïlandaise, « il fallait jouer réellement et durement ». « C’est une Coupe du monde et, pour respecter son adversaire, il faut jouer normalement. Et la différence de buts est importante. C’est tout ce dont elles ont rêvé, la Coupe du monde. Vous pouvez parler de tactique, de tout ce que vous voulez, mais ce qui fait la différence, c’est la mentalité, la confiance en soi », a-t-elle glissé en conférence de presse. Et alors que de nombreux internautes à travers le monde ont dénoncé les célébrations des joueuses, l’ancienne joueuses américaine Abby Wambach a pris la défense de ses camarades : « Pour tous ceux qui ont un problème avec le nombre de buts : pour certaines c’était leur première Coupe du monde et elles ont le droit d’être heureuses. Imaginez être à leur place. C’est votre rêve de jouer et marquer à la Coupe du monde. Et de célébrer. Diriez-vous la même chose à une équipe masculine, de ne pas marquer et célébrer ? ».

Lire aussi > Comment Cedella, la fille de Bob Marley, a sauvé l’équipe féminine jamaïcaine de football

Pour Alexi Lalas, ancien joueur et désormais chroniqueur sur Fox News, l’attitude des Américaines risque de leur avoir « fait perdre des fans, à l’échelle nationale et internationale… parce qu’elles sont devenues les méchantes. Si elles perdent, leur attitude passera en boucle ». Il a cependant rappelé que l’équipe américaine « n’est pas là pour devenir l’ami de qui que ce soit. Elle est là pour remporter la Coupe du monde ». Quant à Alex Morgan, la star américaine, elle a tenu à évoquer le vrai problème du football féminin : les inégalités entre pays entre ceux qui investissent et ceux qui n’ont pas l’envie ou les moyens, créant ainsi un écart de niveau particulièrement important. « Mon espoir, c’est qu’à la fin, les 32 équipes puissent avancer. Mais cela doit encourager la FIFA à mettre la pression sur les fédérations afin de faire des efforts du côté des femmes ».

CIM Internet