Paris Match Belgique

« Marta est meilleure que Neymar ! » : Dans les gradins du match Italie – Brésil de la Coupe du monde

C'est le Brésil qui s'est imposé dans ce match au sommet de la poule C (0-1). | © Photo by Philippe HUGUEN / AFP.

Sport

Ambiance enflammée dans les gradins du stade de Valenciennes pour ce match au sommet de la poule C.

Plus de 21 000 supporters se sont déplacés ce mardi soir au stade de Valenciennes pour le match de poule décisif Italie – Brésil. Paris Match Belgique y était et vous fait vivre l’ambiance chaude d’un match du Mondial 2019. « Aujourd’hui, je suis venu pour supporter, aujourd’hui je suis venu pour chanter ! Allez femmes guerrières, aujourd’hui on va gagner ! » Les chants brésiliens se font entendre dans la chaleur du stade rempli de Valenciennes, portés par des couleurs jaunes et vertes. Les supporteurs de l’équipe féminine de foot du Brésil ont crée depuis peu un hymne spécial pour encourager leurs joueuses.

Lire aussi > Les 10 joueuses à suivre pendant la Coupe du monde

Leur attaquante Marta, symbole du foot féminin mondial, vient de marquer un but contre l’Italie. En qualifiant son pays pour les huitièmes de finale, la star du ballon rond est devenue l’unique détentrice du record de buts marqués en Coupe du monde de football, hommes et femmes confondus. « Je me lève au milieu de la nuit pour la regarder jouer. Elle est connue de la plupart des Brésiliens » confie Marcus, brésilien vivant en Europe, entre deux cris au nom de la joueuse professionnelle.

Des supporters des « Canarinhas », la sélection féminine du Brésil. © Paris Match Belgique

« Ici il n’y pas de cinéma ! »

Dans les gradins, les drapeaux du pays du football côtoient des maillots floqués du nom de Neymar barré et remplacé par celui de Marta. Ici on se moque du roi de la roulade. Et le public brésilien chante en chœur : « Marta est meilleure que Neymar ». « Nos joueuses ne passent pas leur temps par terre, elles jonglent et nous offrent du spectacle. Nous sommes fières qu’elles représentent le Brésil » se réjouissent Gabriella et Alice, deux brésiliennes supportrices de la sélection féminine venues spécialement de Dublin pour le match.

Lire aussi > 13-0 et adversaires en larmes… La victoire des Américaines fait parler

Du coté italien, la marée verte, blanche et rouge entonne le refrain du vieux titre « Volare ». On entend les classiques « Italia ! Italia ! » résonner dans l’enceinte valenciennoise. Et on partage le même avis sur le jeu : « Ce genre de match est beaucoup plus plaisant à regarder ! Les hommes tombent tout le temps, ici ça joue. Les footballeuses se relèvent tout de suite et il n’y a pas de cinéma », confirme Tony, un italien en vacances en France et entraîneur d’une équipe de femmes.

coupe du monde
Pour les fans italiens, en se hissant à la tête de leur poule les « Azzurre » ont déjà rempli leur objectif. © Paris Match Belgique

Une ambiance plus apaisée

L’ambiance dans les gradins et sur le terrain est plus apaisée dans le championnat féminin que dans les tournois masculins. À l’approche des prolongations, la chaleur se fait moins étouffante. Les 21 000 personnes présentes continuent à lancer des ‘ola’ et crier des « Allez les filles ». Les tribunes y sont de plus en plus mélangées, comme en témoigne Alexiane, joueuse belgo-italienne venue avec son équipe : « Pour moi voir un match des hommes ou des femmes c’est la même chose, cela reste une fierté nationale, et surtout du foot. Mais c’est devenu plus à la mode pour une fille d’aimer le foot, elles ne viennent pas au stade parce que leurs mecs y vont. Elles viennent parce qu’elles aiment ça. »

Lire aussi > Pourquoi 2019 est l’année du foot (des femmes)

Un public plus familial également que lors d’un match masculin, mais qui sait quand même se faire entendre. Les supporters n’hésitent pas à siffler certains gestes, à huer quelques décisions arbitrales et à s’enflammer entre une gorgée de bière (sans alcool) et une frite. À la sortie du stade, certains enfants, garçons et filles, attendent d’apercevoir leur idole du gazon pour une dernière photo. Du foot tout feu tout femmes…

Alia Guagni et Tamires en lutte pour le ballon lors de Italie – Brésil (0-1) à Valenciennes. © Photo by Denis Charlet / AFP
CIM Internet