Paris Match Belgique

Nick Kyrgios, l’Australien provocateur qui secoue Wimbledon

Nick Kyrgios

Nick Kyrgios affrontait Nadal sur le gazon londonien, le 4 juillet 2019. | © Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

Sport

Le joueur de tennis australien Nick Kyrgios s’est une nouvelle fois fait remarquer vendredi lors d’une conférence de presse post-match, à Wimbledon.

Il ne s’est sans doute pas aperçu que les micros étaient allumés… Ou peut-être que si. Vendredi, le joueur de tennis australien Nick Kyrgios s’est une nouvelle fois fait remarquer lorsqu’il a invité sa partenaire de double, Desirae Krawczyk, à faire la fête avec lui le soir même.

Malgré sa défaite face à l’Américaine Jennifer Brady et au Néo-Zélandais Marcus Daniell, Nick Kyrgios a semblé plus intéressé par sa partenaire américaine de 25 ans plutôt que par le match, lors de la conférence de presse. Au téléphone, il lâche : « La boîte est prête pour nous. Ça va être scandaleux. » Interloquée, la jeune femme à ses côtés lui demande ce qu’il a de prévu de faire ce soir-là. « Je t’enverrai un message », lui glisse-t-il le sourire aux lèvres. Tout le long de la discussion avec les journalistes, le duo s’est montré très complice.

Lire aussi > Wimbledon sous le charme d’un coming out inédit et belge

Desirae Krawczyk et Nick Kyrgios, le 5 juillet 2019 à Wimbledon.
Desirae Krawczyk et Nick Kyrgios, le 5 juillet 2019 à Wimbledon. © James Marsh/BPI/REX/SIPA

« Tu es un homme puissant là-haut »

Cette semaine, le 43e joueur mondial au classement ATP a déjà fait parler de lui. Face à Rafael Nadal jeudi, Nick Kyrgios s’en est pris à l’arbitre français Damien Dumusois. Selon l’Australien, l’officiel laissait trop de temps à « Rafa » pour retourner ses services, alors que c’est – normalement – au serveur d’imposer son rythme. Lors du changement de côté, Nick Kyrgios a donc lancé à l’arbitre, d’un ton quelque peu agacé : « Tu mets 20 ans à lui dire. » Insolent et provocateur, il a insisté : « Tu as tellement de pouvoir là-haut », « ouah, regarde-toi », « c’est bien d’être là-haut, non ? », « moi aussi j’aimerais être là-haut, quelle puissance ! », « tu es un homme puissant là-haut ». Damien Dumusois lui a infligé un avertissement pour comportement antisportif. Une décision que les spectateurs ont semblé apprécier, à entendre les applaudissements venant des gradins.

« Combien a-t-il gagné de Grands Chelems, combien d’argent a-t-il sur son compte? »

Les frasques de l’Australien n’ont pas cessé. Au huitième jeu du troisième set, l’Espagnol a dû faire appel à ses réflexes pour esquiver une balle de Kyrgios qui arrivait sur sa poitrine.

Un geste que Nick Kyrgios a assumé pleinement en conférence de presse après le match. « Je l’ai visé, ouais. Je voulais vraiment le viser en plein dans la poitrine », a-t-il déclaré après sa défaite. « Pourquoi je m’excuserais ? Combien a-t-il gagné de Grands Chelems, combien d’argent a-t-il sur son compte ? Je pense qu’il peut prendre une balle dans la poitrine, mec. Je ne vais pas m’excuser auprès de lui », a-t-il conclu.

« Quand il frappe la balle comme ça, c’est dangereux. Pas que pour moi, c’est dangereux pour un juge de ligne, pour la foule », a réagi Nadal. « Je sais que quand tu frappes ce genre de balle, elle peut aller n’importe où », a ajouté le double vainqueur de Wimbledon, qui affrontera Jo-Wilfried Tsonga au prochain tour.

Lire aussi > Pourquoi Wimbledon impose aux joueurs de porter du blanc (et rien que du blanc)

Depuis février dernier, les relations entre Nadal et Kyrgios sont quelque peu conflictuelles. L’Australien avait battu le numéro 2 mondial à Acapulco. « Je ne pense pas que ça soit un méchant mais il manque un peu de respect envers le public, son adversaire, et envers lui-même », avait estimé Rafa après sa défaite.

CIM Internet