Paris Match Belgique

Romelu Lukaku victime de cris racistes : « Au lieu d’aller de l’avant, nous reculons »

lukaku

Romelu Lukaku, le 26 août 2019. | © Miguel MEDINA / AFP

Sport

L’attaquant belge Romelu Lukaku veut garder le football « propre et agréable pour tout le monde », après avoir été victime de cris racistes à Cagliari, en Italie. 

La scène est révoltante, quoique courante dans le football. Lors du déplacement de l’Inter Milan à Cagliari dimanche, Romelu Lukaku a été la cible de cris racistes. Au moment où le Diable Rouge s’apprêtait à frapper un penalty pour sa nouvelle équipe, des « cris de singe » ont retenti. Parfaitement audibles à la télévision italienne, ces cris ont continué après le but de la victoire inscrit par l’attaquant belge (2-1). Il a jeté un regard furieux en direction de la tribune d’où sont partis ces cris avant d’être entouré par ses équipiers.

Ce lundi, Romelu Lukaku a réagit sur son compte Instagram. « Beaucoup de joueurs ont souffert d’abus racistes ces derniers mois. J’en ai été victime hier soir », a-t-il déclaré, faisant certainement référence à ses deux anciens coéquipiers, Marcus Rashford et Paul Pogba, victimes d’injures racistes sur les réseaux sociaux, après avoir manqué chacun un penalty.

Lire aussi > Injures racistes : Pogba prêt « à se battre » contre le racisme

« Le football est un jeu dont tout le monde doit profiter et nous ne devrions accepter aucune forme de discrimination qui ferait honte à notre sport. J’espère que les fédérations de football du monde entier vont réagir fermement. Les réseaux sociaux doivent mieux travailler comme les clubs de football parce que tous les jours on voit au moins un commentaire en dessous d’un post sur une personne de couleur. Nous le disons depuis des années et il n’y a toujours pas d’action », a poursuivi le joueur, avant de conclure : « Mesdames et messieurs nous sommes en 2019, au lieu d’aller de l’avant nous reculons. Et j’espère que les joueurs vont s’unir et prendre position sur ce sujet pour garder ce sport propre et agréable pour tout le monde. »

En avril, l’attaquant Moise Kean, alors à la Juventus, avait déjà été la cible des mêmes cris racistes après un but inscrit à Cagliari. Dans le même stade, le Français Blaise Matuidi de la Juventus, l’Italien Mario Balotelli du Milan, le Camerounais Samuel Eto’o de l’Inter ou le Ghanéen Sulley Muntari de Pescara ont également été victime de ces cris.

CIM Internet