Paris Match Belgique

Mondial 2022 : Les supporters LGBT+ seront les bienvenus au Qatar (enfin presque)

football

Image d'illustration. | © Unsplash.

Sport

Le pays organisateur a tenu à rassurer les supporters de foot LGBT+ : ils seront les bienvenus à la Coupe du Monde, en 2022. Mais attention à ne pas être trop visible.

Le comité d’organisation de la Coupe du monde masculine de football 2022 au Qatar a indiqué que les supporters transgenres et homosexuels seraient les « bienvenus » pendant la compétition, alors que la loi locale interdit l’homosexualité et n’est pas claire sur les personnes transgenres.

Lire aussi > Le Qatar aurait payé d’anciens agents de la CIA pour discréditer la concurrence

« Les manifestations publiques d’affection sont désapprouvées »

« Je tiens à assurer à tous les fans, quel que soit leur genre, leur orientation (sexuelle), leur religion ou leur race, que le Qatar est l’un des pays les plus sûrs au monde et qu’ils seront tous les bienvenus ici. La sécurité de tous les supporters est de la plus haute importance pour nous », a déclaré cette semaine Nasser Al-Khater, le directeur général de l’événement, interrogé par plusieurs journalistes.

Il a toutefois prévenu que « les manifestations publiques d’affection sont désapprouvées » tout comme « l’alcool ne fait pas partie » de la culture du pays. Il n’a toutefois pas fait savoir si des poursuites pouvaient être engagées si des couples homosexuels venaient à s’embrasser sur la voie publique.

Nasser Al-Khater. © GIUSEPPE CACACE / AFP.

Déjà plusieurs polémiques

Mais si le Qatar est l’un des pays « les plus sûrs du monde », il est loin d’être le plus LGBT-friendly. L’homosexualité y est punie de 7 ans de prison, et pire – puisque la charia prévaut – les relations sexuelles entre personnes de même sexe de confessions musulmanes peuvent être punies de la peine de mort. En juillet 2018, le Qatar avait aussi été suspecté d’avoir censuré une dizaine d’articles traitant des questions LGBT dans l’édition internationale du New-York Times, provoquant la colère des activistes.

Lire aussi > Comment des « supporters » contournent les répressions anti-LGBT en Russie

Ce n’est pas la première fois que la coupe du monde qatari pose la question de l’accueil des supporters LGBT+. En 2010, l’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, avait déclaré que les supporters gays devraient « se retenir » pendant l’évènement. Des propos qui avaient fait polémique à l’époque, mais qui dans le fond, ne sont pas si éloignés de ceux plus policés de Nasser al-Khater.

CIM Internet