Paris Match Belgique

Pour sa campagne contre le racisme, la ligue de foot­ball italienne met en scène… des singes

campagen antiraciste de la ligue de football italienne

La campagne antiraciste de la Ligue de football italienne. | © Capture d'écran Instagram/Simone Fugazzotto

Sport

Dans le contexte actuel du football italien, la campagne contre le racisme de la Serie A suscite la polémique.

La campagne qui passe mal. Lundi 16 décembre, la Ligue de football italienne a annoncé une série de mesures visant à lutter contre le racisme dans les stades. Si l’initiative est louable et plus que nécessaire, la manière dont elle a été présentée a suscité un tollé. Pour accompagner cette annonce, la ligue a en effet dévoilé une affiche présentant trois singes, dont les visages sont marqués de traits de couleur. Un raté incompréhensible, à l’heure où les footballeurs noirs font trop fréquemment l’objet de cris de singes durant leurs matchs.

Lire aussi > Le commentaire intolérable d’un consultant italien sur Romelu Lukaku

« Mauvaise blague »

La campagne a bien entendu choqué la toile, et le club de l’AS Rome : « L’AS Rome est très surprise de voir aujourd’hui sur les réseaux sociaux des singes peints sur des tableaux dans ce qui semble être une campagne de lutte contre le racisme lancée par la Serie A. Nous savons que la Ligue veut combattre le racisme, mais nous ne croyons pas que cela soit le bon moyen de le faire. », a réagi le club de la capitale sur Twitter. Romelu Lukaku, visé par des cris racistes à Cagliari en septembre dernier, a quant à lui jugé la campagne « honteuse ».

L’association FARE, qui lutte contre les discriminations, n’a pas caché son émoi. « Une fois de plus, le football italien laisse le monde sans voix. Dans un pays où les autorités restent incapables semaine après semaine de s’occuper du racisme, la Serie A lance une campagne qui ressemble à une mauvaise blague », a écrit le groupe sur Twitter.

« Nous sommes tous des singes »

Selon la Ligue, le tableau « a pour objectif de défendre les valeurs d’intégration, de multiculturalisme et de fraternité ». L’artiste italien derrière cette campagne Simone Fuga­zatto a également expliqué son oeuvre : « Avec ce trip­tyque, j’ai essayé de racon­ter que nous sommes des créa­tures complexes et passion­nantes, que nous pouvons être tristes ou heureux, catho­liques, musul­mans ou boud­dhistes, mais qu’au fond, ce qui déter­mine ce que nous sommes, ce sont nos actions et pas la couleur de notre peau. » Et d’insister auprès d’un média italien : « J’ai peint ces singes comme métaphore des êtres humains. Nous renvoyons le concept aux racistes, car nous sommes tous des singes à l’origine. J’ai donc peint un singe occidental, un singe asiatique et un singe noir. » Mais dans le contexte actuel du football italien, qui ne passe pas une semaine sans incident raciste,  le message a été mal perçu.

CIM Internet