Paris Match Belgique

La pole dance, un sport qui enflamme les passions

pole dance, Patricia Goussens

Une discipline qui demande un entraînement physique et mental quotidien. | © D.R.

Sport

La pole dance cela vous parle ? Un sport qui attire de plus en plus d’adeptes, mais qui est encore aujourd’hui victime de nombreux stéréotypes.

 

Ce sport alliant danse et acrobatie autour d’une barre de strip-tease rencontre un succès grandissant. En Belgique, les écoles sont de plus en plus nombreuses, on en compte une dizaine rien qu’à Bruxelles.

Patricia Goussens, ancienne personal trainer, a découvert un peu par hasard la pole dance il y a huit ans. Depuis, elle a été élue championne de Belgique en 2016 et a ouvert son propre studio. « Je venais de l’univers du fitness et j’en avais marre, je voulais essayer quelque chose de nouveau. Dès que j’ai touché une barre cela a été une révélation. J’en ai acheté une et j’ai commencé à m’entraîner de manière autodidacte. Aujourd’hui, c’est une relation plus forte que celle que j’ai avec mon mari (rires)  » .

Un sport à part entière

Si aujourd’hui, la pole dance est devenue une véritable passion pour l’ancienne personnel trainer, elle explique qu’elle a eu, comme beaucoup, des aprioris sur ce sport. « Quand je suis arrivée à mon premier cours je me suis dit que j’allais me retrouver avec des stripteaseuses alors que pas du tout, il y avait des gens de tous les horizons » . Patricia comprend d’ailleurs que la pole dance puisse être associée à des stéréotypes, mais selon elle ces derniers sont appelés à disparaitre. « C’est une barre à strip-tease, ce serait hypocrite de ne pas le reconnaitre. Mais elle a évolué et il faut regarder au-delà de ça. Aujourd’hui, les mentalités s’ouvrent, mais encore 15 à 20% des gens gardent ces stéréotypes en tête. J’ai envie de leurs dire ‘retirez les oeillères et venez découvrir la pole dance par vous-même, vous verrez que c’est vraiment physique‘. D’ailleurs tout le monde peut en faire: les enfants, les adultes et même les hommes ! « 

Lire aussi > Le breakdance va faire vibrer les JO 2024

L’ancienne championne décrit la pole dance comme étant un mélange de développement personnel et physique, d’amusement et de confiance en soi. Mais malgré l’aspect ludique que le sport peut revêtir, il n’en reste pas moins une discipline à part entière qui demande une remise en question quotidienne et un travail physique permanent. Patricia, s’entraîne chaque semaine neuf heures en dehors des cours qu’elle donne tous les jours. « C’est un sport à la mode, tout le monde veut essayer, ça fait rêver. Parfois cet engouement m’effraie, parce que je me dis: ‘est-ce que ce phénomène ne va pas s’arrêter?’ Mais c’est impossible! Il y a tellement de possibilités et de mouvements différents à réaliser » .

Lire aussi > Une campagne proposant à une danseuse de se reconvertir dans la cybersécurité provoque une vague d’indignation

Un sport à part entière qui pourrait même être reconnu aux Jeux Olympiques. « En Belgique on est en train de créer une fédération, les démarches ont été ralenties à cause du covid, mais c’est en marche. Il existe déjà des fédérations dans plein de pays, en France, en Suisse … Elles se sont associées et ont introduit une demande officielle. Quand la pole dance sera reconnue, on aura gagner. C’est vraiment une discipline sportive et il faut arrêter les stéréotypes une bonne fois pour toute » .

CIM Internet