Paris Match Belgique

À moins de trois mois de l’Euro, où en sont les Diables rouges ?

Y aura-t-il des surprises dans la première sélection 2021 de Martinez ce vendredi ? | © BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Sport

Le 12 juin prochain notre équipe nationale de football disputera son premier match de poule à l’Euro 2021 face à la Russie. Mais aujourd’hui, où en sont nos forces vives ? Entre contre-la-montre, constat de presque abandon et forme explosive, les Diables entre dans la dernière ligne droite !

 

Laurent Depré

Ce vendredi 19 mars, Roberto Martinez va dévoiler une large sélection pour les premières apparitions des Diables en 2021. À la fin du mois, un point global sera probablement plus aisé à réaliser après les trois rencontres qualificatives de la Belgique pour le Mondial 2022.

À priori, les observateurs attendent trois victoires face à des équipes plus faibles sur le papier. Malgré la présence du Pays de Galles, qui ne nous a pas toujours réussi ces dernières années (deux défaites, deux nuls, une victoire), il faut le plein de victoires également face à la République tchèque et la Biélorussie.

Ce début de semaine a bien entendu été rythmé par l’annonce de la nouvelle blessure encourue par notre Eden Hazard national. Une belle tuile pour l’équipe et une présence à l’Euro qui va en s’amenuisant au grand dam de Roberto Martinez le coach fédéral. Faisons le point zone par zone de jeu avant ces premiers rendez-vous de 2021.

Des portiers difficilement immuables

©BELGA PHOTO DIRK WAEM

On voit mal Martinez, sauf blessure importante, bouger à sa triptyque Courtois-Mignolet-Casteels. Ces trois-là sont indéboulonnables pour le moment et leur hiérarchie l’est également. La bonne nouvelle est la grande forme de Thibaut Courtois qui rapporte des points au Real Madrid, rassure sa défense et confirme son surnom d' »El muro ». Avoir un grand gardien en forme et en pleine confiance dans un tournoi, c’est la base. Ensuite, Mignolet s’apprête à être encore une fois champion de Belgique avec le Club de Bruges alors que Casteels empile les ‘cleansheets’ en Bundesliga cette saison. On peut donc voir venir entre les perches.

La défense: dans la force… de l’âge

©BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Elle est vieillissante mais ne se rend pas, notre garde. Toby Alderweireld et Jan Vertonghen affichent 65 ans à eux deux. Et si vous ajoutez Vermaelen, en qui Martinez continue de croire, vous approchez ‘dangereusement’ du centenaire. Mais tout cela, c’est aussi énormément d’expériences et plusieurs compétitions internationales au compteur. Les deux premiers cités sont régulièrement ménagés par leur club mais leur niveau reste excellent et leur apport en équipe nationale indéniable.

On voit quand même mal Vermaelen, qui a toujours été exemplaire en équipe nationale il faut le dire, faire partie des 23 à l’Euro. D’autant que Dedrick Boyata, certes en convalescence pour le moment à Berlin, et Jason Denayer se sont montrés solides et conséquents lors des derniers matches chez les Diables. N’oublions pas que Leander Dendoncker, milieu de formation, constitue une roue de secours dans la défense centrale. Et il s’y emploie depuis plusieurs semaines avec succès à Wolverhampton ! Vu son double profil, l’ancien anderlechtois a toutes les chances d’en être.

Rayon défensif toujours, ajoutons les quasi certitudes Thomas Meunier et Timothy Castagne. Deux travailleurs avec pas mal d’apport offensif et buteurs aussi dont il sera compliqué de se passer. Avec des états de forme contrastés cependant : Meunier vit des hauts et des bas à Dortmund et Castagne revient de blessure.

Vient ensuite une panoplie de joueurs qui ont été appelés sans démériter mais qui devront ‘espérer’ une absence pour décrocher leur ticket d’embarquement. On pense aux Mechele, Foket, Cobbaut ou pourquoi pas Delcroix voire Kayembe. Pour le Standardman Vanheuzden, ce sera très juste à cause d’une grave blessure encourue en début de saison. À un moment, les noms de Ritchie De Laet et Jordan Lukaku sont aussi revenus.

Et au milieu coule la rivière… infernale

©BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Un fleuve tranquille notre milieu de terrain ? Vu la forme actuelle de De Bruyne, Carrasco et Tielemans, on pourrait se dire que oui. Mais…

Sans tomber dans un catastrophisme de fin du monde, les blessures d’Eden Hazard et d’Axel Witsel sont un vrai problème. Si ces deux piliers de l’équipe devaient briller par leur absence lors de cet Euro, la Belgique devra s’adapter et changer de jeu car Eden a un profil unique. À charge de KDB et de Dries Mertens de faire oublier notre ‘pocket player’ mais ce sera différent, assurément. La Belgique possède aussi un génie avec De Bruyne. Prions pour qu’il ne lui arrive rien. Car cela en serait fini de nos espoirs de décrocher un éventuel titre…

Et le Liégeois ? Axel est clairement aux yeux de Martinez l’un des boulons qui tient le moteur Diables. C’est le premier nom couché sur la liste par le sélectionneur. Mais Witsel n’a cependant pas le rôle de créateur qu’Eden rempli dans un match ou l’adversaire laisse majoritairement l’animation du jeu aux Diables… C’est une sérieuse tuile bien entendu et il faudra pallier son énorme volume de jeu, son positionnement irréprochable et la propreté naturelle de son football. Mais, haut les coeurs, Axel n’a pas encore officiellement renoncé ! Et Eden non plus.

Toujours au milieu du jeu, Thorgan Hazard sera des plus utiles et il revient bien dans le parcours à Dortmund après sa blessure. Vanaken, toujours aussi concerné avec le Club de Bruges, n’a pas trop d’obstacles devant lui. À côté d’eux, il reste une armada de joueurs qui ont déjà été appelés et pourraient revendiquer une sélection définitive au cas où… On pense aux ‘expatriés’ Praet, Trossard, Saelemaeckers voire la pépite brugeoise De Ketelaere. Sans oublier le mauve Sambi Lokonga.

Fait-on un peu rapidement un sort à Januzaj et Chadli ? Pour le premier, la fenêtre de tir semble de plus en plus petite. Sa possible non-sélection pour les trois matches de mars sera clairement une indication. Le milieu droit est pourtant sur une bonne saison du côté de la Real Sociedad, mais il souffre de beaucoup de concurrence en équipe nationale. Quand à notre héros du match de coupe du monde face au Japon, son transfert en Turquie est loin d’être une réussite. Soyons clair, depuis 2018, ce n’est pas exceptionnel pour Nacer. Mais Martinez est fidèle, très fidèle… Et le joueur a l’expérience des grands tournois.

Ne passons pas sous silence le cas Fellaini. Le grand Marouane a clairement dégagé le ballon dans le camp Martinez. Il est dispo (si besoin) pour les Diables. On connaît l’attachement de l’entraîneur pour Fellaini et l’apport qu’il peut encore avoir dans le groupe. Sans parler de ses coups de tête magiques qui nous ont sauvé à plus d’une reprise… Par contre, il est normal de se poser la question de l’état de forme du gaillard. Certes, il se ballade en Chine… Sera-ce suffisant pour convaincre le coach ? Ce dernier a déjà dit que son premier choix pour pallier à l’éventuelle absence de Wistel serait Dendoncker. Encore une fois, la sélection de ce vendredi donnera le  cap !

Notre attaque, elle claque !

©BELGA PHOTO BRUNO FAHY

Faut-il vraiment encore parler de la saison de Romelu Lukaku, sérieusement ? Il est dans le top 3 des attaquants d’Europe les plus prolifiques en 2020-2021. Pas une semaine ne passe sans qu’il n’en claque l’un ou l’autre toutes compétitions confondues. Meilleur buteur de l’Euro 2021 ? Cela doit être un objectif pour Big Rom, clairement ! Et derrière lui, y’a qui ? Pas facile de se retrouver aux côtés d’une montagne. On risque de paraître petit.

Blague à part, si on parle d’attaquant pur, quels autres choix s’offrent au coach espagnol ? Dans ses « vieilles marmites » on retrouve Benteke, Basthuayi et Origi. Le premier, après des mois et des mois de mutisme, semble revenir dans le coup. Et il reste un attaquant redoutable quoi qu’on en dise. Le second n’a plus une minute de jeu depuis pas mal de temps. Sa situation est catastrophique en club. Mais voilà, lorsque Lukaku n’est pas là, c’est Batsman qui fait le job. C’est 20 buts en équipe nationale depuis 2015… Pour le dernier cité, c’est très compliqué voire impossible. Il est revenu un peu au devant de la scène en coupe d’Europe récemment, mais ses stats sont faibles tant à Liverpool qu’avec les Diables. Et il y a la flèche Doku qui pousse derrière… Il pourrait être la surprise du chef comme le fut un certain… Divock Origi en 2014 sous l’ère Wilmots. Enfin, n’oublions pas Lukebakio qui réalise de très belles choses à Hertha Berlin. C’est peut-être aussi son heure.

En résumé, en l’état actuel des choses, il y a de nombreuses raisons de se réjouir du côté des titulaires habituels comme des jeunes promesses. Il y a évidemment deux épées de Damoclès au-dessus de la tête de Roberto Martinez. En espérant que plus rien de facheux n’arrive d’ici début juin. Attendons aussi de voir les trois sorties de nos Diables prévues en ce mois de mars avant de sortir le thèrmomètre.

La seule certitude ? Il reste 12 semaines avant l’ouverture du tournoi. Autant dire, rien…

CIM Internet