Paris Match Belgique

Stéphanie Frappart, première femme arbitre à l’Euro : « Je me fonds dans le décor »[VIDÉO]

Stéphanie Frappart Euro 2020 foot

Un nouvel objectif atteint pour la Française. | © Belga Image

Sport

L’arbitre française sera la première à officier dans le cadre de l’Euro de football masculin. Qui est-elle ?

 

Ce vendredi 11 juin prochain, l’Euro 2020 commencera enfin. Un moment que beaucoup d’amateurs de football attendaient avec impatience puisque l’événement a dû être décalé d’une année en raison de la crise sanitaire. Et pour l’occasion, tout a été mis en place pour que cet événement sportif se déroule dans les meilleures conditions. Huit villes accueilleront même les supporters dans leur stade, pour permettre à tous les fans de vibrer au rythme de l’Euro.

Cette nouvelle édition s’annonce également novatrice, car pour la toute première fois une femme, Stéphanie Frappart, officiera comme arbitre réserviste et quatrième arbitre. Elle sera donc chargée de tenir le tableau reprenant les changements et le temps additionnel. L’UEFA, qui annonce la nouvelle comme une réelle avancée dans le monde du football masculin, y va donc progressivement puisque l’arbitre ne sera pas directement sur le devant de scène.

Lire aussi > Euro 2021 : 5 talents fous de moins de 20 ans à suivre ! [VIDÉO]

Stéphanie Frappart commence à se faire un nom dans le monde de l’arbitrage. Âgée de 37 ans, elle a déjà été arbitre centrale en Ligue des champions, en Ligue des nations, en Supercoupe d’Europe, et en Ligue 1 et 2 françaises. En janvier 2021, elle a même eu l’honneur d’être reprise dans le classement des 30 personnalités du monde du foot dressé par le quotidien L’Equipe, aux côtés entre autres de Kylian Mbappé et Didier Deschamps. Une pionnière qui considère aujourd’hui faire partie des meubles comme elle l’avait expliqué lors d’un entretien pour Le Monde. « Désormais, je me fonds dans le décor et ça me va très bien comme ça. »

Réputée pour sa diplomatie

Stéphanie Frappart semble avoir toujours su qu’elle travaillerait dans l’univers du football, puisqu’elle a pris sa première licence au club de l’AS Herblay alors qu’elle n’avait que 10 ans. Neuf ans plus tard, en 2002, elle fait ses premiers pas en tant qu’arbitre dans la division d’honneur régionale, en Île-de-France. Une profession qu’elle considère comme une véritable « école de la vie ». « Je pense sincèrement qu’être une femme dans ce métier est un plus, car j’apporte de par mon statut une approche différente, sans ce rapport de force qu’il peut y avoir entre hommes » , avait-elle déclaré à un média local d’Herblay.

Lire aussi > Euro 2021 : Pourquoi le maillot très politique porté par l’Ukraine provoque la colère de Moscou

En 2019, Stéphanie Frappart réalise deux de ses objectifs personnels en arbitrant lors d’un match de la Ligue 1 et de la Supercoupe d’Europe. Elle est aujourd’hui l’arbitre féminine professionnelle de plus haut niveau en France. Une lourde responsabilité, qui du haut de son 1m64, pèse lourd sur ses épaules. En effet, elle a plus d’une fois été la cible de remarques sexistes et misogynes, mais a toujours réussi à garder son sérieux ainsi que l’ordre sur le terrain. Elle a d’ailleurs été marraine de l’opération Sport féminin et a soutenu publiquement les femmes qui ont révélé avoir été victimes de violences sexuelles dans le milieu. « C’est à la fois un privilège, un honneur et une responsabilité. J’espère que mon parcours va encourager les jeunes filles à s’engager dans l’arbitrage.« 

Après l’Euro 2020, Stéphanie Frappart devrait prendre la direction des Jeux Olympiques, où elle abritera plusieurs matchs de foot féminin et masculin.

CIM Internet