Paris Match Belgique

Mölkky business : Aux racines du jeu de quilles scandinave qui a détrôné la pétanque

Cinq clubs se dédient au Mölkky en Belgique. | © AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Sport

Régressif et aussi jouissif sous le soleil de juin qu’une bonne partie de pétanque, le Mölkky a conquis en quelques années l’Europe. Retour sur la folie à douze quilles.

 

Prononcez « meule-cul », puis pouffez un bon coup : après tout, le Mölkky est fait pour ça ; s’amuser. Tant et si bien qu’il est devenu, depuis quelques années, un indétrônable du jeu de plage, du tournoi à la campagne et de l’after-work en ville. On dit qu’en Finlande, une famille sur deux possède le jeu, et qu’il s’en vend encore davantage en France, par exemple. Mais d’où sortent ces douze quilles de bois brut, qui se renversent en faisant pousser des cris aux équipes en compétition ?

À mi-chemin entre le bowling en extérieur et la pétanque centenaire, le principle du jeu est aussi simple que celui qui régit une partie de raquettes de plage : faire tomber les quilles de bois, disposées bien sagement et groupées au sol, à l’aide d’un baton cylindrique. Maintenant, il s’agit de ne pas se méprendre : il existe bien quelques règles pour corser l’affaire – pour l’amour du jeu.

Des règles simples, une compétition acharnée

Premièrement, inutile de se la jouer bulldozer : renverser toutes les quilles d’un coup ne rapporte aucun point. En revanche, lorsqu’on n’en renverse qu’une, on remporte la mise inscrite sur le dessus, chaque quille étant numérotée de un à douze. Lorsqu’on on en balaye plusieurs, le nombre de points équivaut au nombre de petits totems renversés, le but ultime étant d’arriver à 50 points pile. Ce nombre dépassé, on retombe douloureusement à 25, en risquant forcément de se faire rattraper par les autres joueurs ou équipes.

Ensuite, sachez que le Mölkky, c’est du sérieux. Si depuis une vingtaine d’années, la Finlande – d’où provient le jeu – organise un tournoi dédié, la compétition est désormais mondiale. En 2016, ce sont quatre Français qui ont remporté le Mondial du Mölkky. Cette année, c’est la République Tchèque qui organise le tournoi, à une soixantaine de kilomètres de Prague, le 19 août.

En Belgique, pas moins de cinq associations se sont dédiées au Mölkky, même si le plat pays ne s’est encore jamais présenté aux championnats du monde.

©PHOTOPQR/OUEST FRANCE – Championnat du monde de Mölkky 2016.

La « quille finlandaise »

Avec son nom qui sonne comme un meuble Ikea mal monté, rien d’étonnant que le Mölkky soit Scandinave – Finlandais, plus précisément. Le jeu est sorti tout droit de l’esprit – pas si retors – des concepteurs de l’entreprise Tuoterengas en 1996, avant de conquérir l’Europe moins de 20 ans plus tard. Finaude, la société a fait breveter son jeu, protégeant le concept et son propre succès des copieurs indélicats – même si, avouons-le, les douzes quilles peuvent être facilement reproduites chez soi.

Ce qui n’a pas empêché le géant Décathlon de créer sa propre version du jeu, baptisé les « quilles finlandaises », avec des bâtons plus longs, un objectif de points différents… et bien entendu, un prix plus compétitif – une petite vingtaine d’euros, soit deux fois moins cher que l’original.

©Flickr/Lauri Rantala – Une version « maison » du jeu.

Un jeu écologique

Alors, pourquoi dépenser plus, pour un jeu sensiblement pareil ? D’abord, parce que le Mölkky originel est conçu en bois de bouleau naturel, léger, non traité, carrément solide. Son essence est dite « imputrescible » – c’est à dire qu’on ne risque pas de retrouver son jeu amoché après un hiver au garage. Le bois en question est d’ailleurs 100% finlandais, issu de forêts locales, et coupé dans le respect des normes écologiques européennes et de développement durable.

Enfin, la société français Tactic, qui distribue le Mölkky en France notamment, assure que « dès qu’un arbre est coupé pour fabriquer un Mölkky, un autre est replanté », selon BFM. Écolo et tendance, on ne résiste pas. Une petite partie ?

©DR – Au coucher du soleil, même les journalistes de Paris Match Belgique succombent à la folie Mölkky.

 

CIM Internet