Paris Match Belgique

Les joueuses de tennis sont trop payées, selon certains hommes

Jelena Ostapenko a remporté la finale de Roland-Garros ce samedi. | © AFP PHOTO / Lionel BONAVENTURE

Sport

À Roland-Garros, les hommes et les femmes gagnent exactement la même somme lorsqu’ils ou elles gagnent le tournoi. Une égalité salariale rare mais qui pose problème pour certains (hommes).

Ce samedi, Jelena Ostapenko a battu Simona Halep en finale de Roland-Garros, décrochant par la même occasion son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem. En plus du trophée le plus convoité, cette jeune Lettone de seulement 20 ans empoche également 2,1 millions d’euros. Une belle somme que son homologue masculin, Rafael Nadal ou Stan Wawrinka, recevra lui aussi ce dimanche. Une très bonne nouvelle dans le monde sportif, critiqué de nombreuses fois pour son sexisme. Mais cette « égalité salariale » ne plaît pas à tout le monde. À comprendre : elle ne plaît pas aux hommes.

Lire aussi : Roland-Garros, partenaire de ton échec scolaire

On parle souvent de l’égalité des salaires… Je trouve que ce n’est pas un truc qui marche dans le sport, voilà!

La polémique n’est pas nouvelle mais réapparait de temps en temps. En 2012, le Français Gilles Simon, tout juste élu au conseil des joueurs de l’ATP, avait assuré que « aujourd’hui le tennis masculin est vraiment en avance par rapport au tennis féminin. À Roland-Garros, les joueurs ont certainement passé encore deux fois plus de temps sur le terrain que les femmes ». Pour lui, l’égalité des salaires n’est pas « un truc qui marche dans le sport ». « Je pense qu’on est le seul sport aujourd’hui où il existe une parité au niveau des prize-moneys hommes-femmes alors que ça reste un spectacle et que le tennis masculin est à l’heure actuelle plus attrayant que le tennis féminin ».

L’année dernière, Novak Djokovic avait également fait une déclaration du même type : « les statistiques montrent qu’il y a plus de spectateurs pour les matchs de tennis masculins. Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles nous devrions gagner plus ». Un autre argument souvent utilisé, c’est la longueur des matchs, ceux des femmes étant plus courts (2 sets gagnants contre 3 pour les hommes). Pourtant, certains femmes ont demandé le même nombre de sets gagnants que les hommes pour les finales, cela ne leur a pas encore été accordé, selon France Info.

Lire aussi : David Goffin : retour sur les points forts de sa carrière

Quelques heures plus tard, le joueur s’est excusé pour ces propos qui n’étaient « pas politiquement corrects ». Il aurait pu s’arrêter là et s’en sortir mais non : le Serbe a ensuite affirmé que les « joueuses s’étaient battues pour ce qu’elles méritaient et elles l’avaient obtenu », tout en ajoutant que l’ATP, l’équivalent masculin de la WTA, « devrait se battre pour obtenir plus ». Comme le résume si bien Le Monde : l’égalité salariale, c’est bien, mais si les hommes pouvaient gagner plus que les femmes, ce serait mieux…

Une fausse égalité

En réalité, les hommes gagnent déjà plus que les femmes car la majorité de leurs revenus provient de la publicité. Il suffit de regarder le classement 2017 des sportifs les mieux payés de Forbes. Le premier tennisman, Roger Federer, arrive à la quatrième place avec 64 millions de dollars dont six grâce à des victoires, alors que la première femme, Serena Williams arrive à la 51e place avec « seulement » 27 millions. Preuve que cette inégalité des sexes est générale dans le sport, la joueuse est la seule femme figurant dans le top 100.

CIM Internet