Paris Match Belgique

Des associations européennes partent en guerre contre la promotion de l’alcool durant l’Euro 2020

Des associations européennes partent en guerre contre la promotion de l'alcool durant l'Euro 2020

Leur "objectif" est "d'associer dans l'esprit des spectateurs la noblesse du sport et la consommation d'alcool". | © Pexels / JESHOOTS

Sport

Plusieurs associations n’apprécient pas la présence de Heineken parmi les sponsors de l’Euro de football.

 

Les « autorités sportives et de santé » doivent « cesser leur tolérance à la promotion (…) de l’alcool dans une compétition sportive internationale telle que l’Euro2021 », réclament mardi plusieurs organisations européennes spécialistes des addictions, estimant que le rôle de footballeurs est de promouvoir « le sport et la santé ».

Lire aussi > Bruxelles Mobilité diffuse un spot publicitaire de génie contre la conduite sous influence

La présence du brasseur Heineken parmi les sponsors de l’Euro de football et de l’UEFA fait polémique, notamment après le geste du joueur français Paul Pogba, qui a retiré une bouteille de bière sans alcool de son pupitre lors de la conférence de presse après le match France-Allemagne, mardi dernier.
Pour les alcooliers, cette compétition qui marque la reprise des grands événements sportifs après de nombreuses annulations et reports dus à l’épidémie de Covid représente « l’opportunité idéale » pour « promouvoir la consommation d’alcool sur les écrans de la terre entière », observent les auteurs du communiqué, parmi lesquels la Fédération Européenne des Sociétés d’Addictologie.

« Que la bouteille en question soit ou non sans alcool, ne change rien à la question, car l’essentiel est que le brasseur international fasse sa publicité, directe ou indirecte, pour l’univers de la marque d’alcool », soulignent-ils. Leur « objectif » est « d’associer dans l’esprit des spectateurs (…) la noblesse du sport et la consommation d’alcool », or la bière « n’est évidemment pas favorable aux performances » et « toute consommation d’alcool présente un risque pour la santé », insistent les auteurs, parmi lesquels les associations rassemblant les médecins spécialistes des addictions de nombreux pays européens (Espagne, France, Italie, Portugal…), ainsi que des organisations de lutte contre les dégâts causés par l’alcool. « Ces pratiques ne sont pas favorables à la santé et n’honorent pas le sport », concluent-ils.

Avec Belga

CIM Internet