Paris Match Belgique

Ces instants qui ont marqué l’histoire des Jeux Olympiques

Jesse Owens aux JO de Berlin, en 1936. | © Belga Image

Sport

Les Jeux Olympiques existent depuis 1896. En près de 125 ans, des sportifs de tout horizon ont marqué l’histoire.

 

Les Jeux Olympiques sont un des événements sportifs les plus suivis de la planète, et ce, depuis presque 125 ans. Depuis plus d’un siècle, certains instants ont marqué non seulement l’histoire de ces Jeux, mais aussi le monde entier.

Berlin, 1936

Vous en avez certainement déjà entendu parler. Jesse Owens est un athlète afro-américain. En 1936, il participe aux Jeux Olympiques de Berlin. Il y remporte la médaille d’or pour le 100m, 200m, le saut en longueur et le relais 4 x 100m. Au-delà de cette performance historique, Jesse Owens est resté dans l’histoire celui qui aura défié un certain Adolf Hitler. Rappelons-le, ces jeux avaient lieu en 1936 à Berlin, dans une Allemagne nazie, à l’aube de la seconde guerre mondiale.

Lire aussi > Pourquoi les sportifs olympiques ne devraient pas mordre leur médaille

Les performances très impressionnantes d’un Afro-américain ont dés lors pris une résonnance politique face au régime nazi. Une légende dit que Hitler aurait refusé de serrer la main d’Owens. Mais il n’en est rien. Même si ce n’est qu’une rumeur, on peut tout de même s’imaginer la tête du Führer lorsqu’Owens a battu l’espoir allemand du saut en longueur, Luz Long.

Tout un symbole, cette image de Jesse Owens et de son concurrent allemand, Luz Long, démontre que le sport réunit malgré les différences. © Belga Image

Mexico, 1968

Durant les Jeux Olympiques de 1968, à Mexico, Tommie Smith, Peter Norman et John Carlos composent le poduim du 200m. La ségrégation raciale a été théoriquement abolie quatre ans auparavant, en 1964, mais les États-Unis restent un pays très discriminant. Martin Luther King sera d’ailleurs assassiné 5 mois juste avant cette édition des JO. Pour protester contre l’injustice, les Américains Tommie Smith et John Carlos lèvent leur poing habillé d’un gant noir, devenant le symbole du mouvement Black Panther même s’ils n’en font pas partie.

Le geste des trois athlètes restera dans l’histoire des Jeux Olympiques. © EPU / AFP

Ceci, énoncera Tommie Smith, « n’a d’autre but que de dénoncer la pauvreté des noirs américains ». Le médaillé d’argent et Australien, Peter Norman, ne lève pas le poing, mais soutien l’initiative en portant un badge de « l’Olympic project for humans rights ». Les trois athlètes seront lynchés après ce geste. Et si le cliché d’eux est aujourd’hui unanimement reconnu et toléré, il aura fallut attendre la fin des années 80 pour que le monde reconnaisse leur combat.

Pékin, 2008

Moins politisé, le dernier moment fort des JO que l’on veut mettre en avant est la performance hors norme d’Usain Bolt, lors des Jeux de 2008 à Pékin. Cette année-là il forge sa légende, remportant trois médailles d’or. Il établit le nouveau record du monde sur le 100m, empoche l’or pour le 200m et le 4×100 m. Même si sa médaille pour le 4×100 m lui sera retirée car un de ses coéquipiers est testé positif à la méthylhéxaneamine, ces Jeux restent dans l’histoire comme la démonstration de tout le talent de Bolt.

Usain Bolt établit en 2008 un nouveau record Olympique. © Belga Image

L’année d’après, en 2009, Usain Bolt bat son propre record du 100m et du 200m. Personne à ce jour n’a encore fait mieux que lui aux Jeux Olympiques. Une légende…

Mots-clés:
jeux olympiques
CIM Internet