Paris Match Belgique

Grand Prix de Spa-Francorchamps : Les pilotes et la presse internationale dégomment un véritable fiasco

spa-francorchamps grand prix

Max Verstappen et sa Red Bull derrière la Safety car lors du Grand Prix de Belgique, ce dimanche 29 août. | © BELGA / HOCH ZWEI.

Sport

Le Grand Prix de Belgique fut le théâtre d’une course fiasco ce dimanche. Après le déluge et la victoire contestée de Max Verstappen, les pilotes et la presse internationale fustigent une mascarade. « L’argent a parlé », a dénoncé Lewis Hamilton.

 

C’est un véritable fiasco dont la F1 peut avoir honte. Le déluge et l’argent roi ont primé lors du Grand Prix de Belgique, disputé derrière la voiture de sécurité pendant uniquement deux tours, au détriment des aspects sportifs.

Lire aussi > « Schumacher » : Le documentaire événement qui débarque sur Netflix en septembre

Après trois heures et 17 minutes de reports et d’examens du radar météo, la direction de course a décidé d’envoyer les pilotes effectuer les deux tours minimums derrière la voiture de sécurité, pour que des points puissent être attribués.

« C’est choquant »

Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) a été déclaré vainqueur sans combattre, et même lui reconnaît l’absurdité des événements : « Bien sûr, c’est une victoire, mais ce n’est pas comme ça que vous voulez gagner. »

Très en colère, le champion du monde Lewis Hamilton ne digère pas ce « scénario basé sur l’argent. » « À aucun moment il n’a été possible de courir. Le sport a fait un mauvais choix », a-t-il encore pesté. Même son de cloche pour Fernando Alonso : « C’est choquant. On a attribué des points gratuitement. »

Du côté de la presse internationale, les observateurs sont unanimes pour dénoncer cette « farce », comme le note le Daily Mail. « La farce du Grand Prix fantôme – à Spa, l’argent et la tempête gagnent », titre de son côté le Corriere della Sera.

Lire aussi > Lewis Hamilton craint souffrir d’un Covid long

Et au quotidien suisse Blick d’enfoncer le clou : « Le temps presse. La pluie continue de frapper l’asphalte. Le GP de Belgique est depuis longtemps devenu un scandale. Les responsables tentent à tout prix d’obtenir un départ de course derrière la voiture de sécurité. Tout tourne autour des millions de la télé. »

Avec Belga

CIM Internet